« Bien s’équiper en appareils auditifs » : un guide pratique à consulter sans modération !

appareils auditifs

L’association de malentendants Bucodes SurdiFrance propose un guide pratique visant à informer les personnes susceptibles de s'équiper d'appareils auditifs sur les différents points à retenir avant d’entreprendre leurs démarches. Découpé en 13 chapitres, ce guide, gratuit, permet aux candidats à l'appareillage d’éviter les écueils qui peuvent se dresser sur leur parcours.  

Le Bucodes SurdiFrance, principale association de malentendants, a publié en début d’année un guide pratique inédit à l’intention des personnes candidates à l’appareillage. Ce guide de 20 pages, disponible gratuitement auprès des associations du Bucodes SurdiFrance ou téléchargeable en ligne sur le site de l’association permet d’apporter les clés aux malentendants dans l’organisation de leur parcours de soins (préparation du premier rendez-vous avec l’audioprothésiste, période d’essai des appareils auditifs, financements à solliciter, aide des associations, etc.).

« Il n’est pas simple de se repérer dans la multitude des démarches et des interlocuteurs quand il s'agit de s’équiper en appareils auditifs, peut-on lire sur le site de l’association en préambule de la présentation du guide. Surtout quand c'est la première fois. L’ordonnance en poche, une fois qu’on se sent prêt à passer à l’action, de nombreuses questions restent à étudier afin de faire les bons choix pour améliorer sa communication au quotidien ».

Très chères prothèses auditives

Parmi les obstacles auxquels les malentendants se trouvent confrontés : le prix des appareils qui laisse à leur charge des sommes atteignant souvent plusieurs milliers d’euros. Comptez environ 1500 € par appareil, selon une étude publiée en novembre 2016 par l’Assurance maladie dont nous parlions récemment dans nos colonnes.

Sur ce montant seulement 200 € sont remboursés par la Sécurité sociale. La prise en charge par les complémentaires dépend du contrat souscrit. Elle excède rarement 500 € par appareil. Inutile de dire que nombre de malentendants n’ont d’autres choix que de renoncer à s’équiper.

« Faites jouer la concurrence ! » recommande le Bucodes SurdiFrance rappelant que l’audioprothésiste a l’obligation d’établir un devis qui doit respecter certains critères « dont le premier est de distinguer le prix de l’appareil du prix des prestations de suivi ». Et de rappeler que si, au cours d’un premier rendez-vous, le patient ne se sent pas en confiance avec l’audioprothésiste, il est préférable qu’il aille consulter un autre professionnel.

N’hésitez pas à essayer avant d’acheter

L’association conseille également aux malentendants, notamment à ceux qui s’équipent pour la première fois, d’essayer plusieurs modèles avant d’opter pour celui qui apporte les meilleurs résultats.

« Prenez votre temps pour cet essai. Il ne faut pas acheter l’appareil tant que vous n’êtes pas convaincu de la pertinence de votre choix. Demandez à essayer au moins deux appareils de marques différentes – la sonorité n’est pas la même – il y en a peut-être un qui sera plus confortable ».

Pendant l’essai l’association recommande de porter l’appareil le plus possible et de noter ses impressions entre chaque rendez-vous. « Ces informations sur votre expérience sont essentielles pour guider l’audioprothésiste dans ses réglages et dans les solutions qu’il vous propose ».

Des aides encore trop méconnues

Entre autres informations utiles, ce guide fait aussi le point sur les aides dont peuvent bénéficier les malentendants afin d’acquérir un ou deux équipements. C’est un fait relativement méconnu qu’au-delà de la prise en charge par l’Assurance maladie et la complémentaire santé, d’autres acteurs peuvent intervenir dans le remboursement des appareils.

C’est par exemple le cas des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) chargées d’instruire les demandes de prestations de compensation du handicap (PCH) ou encore de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (pour les salariés) qui ouvre également le droit à un remboursement de tout ou partie des sommes investies.

Pour les personnes malentendantes qui seraient exclues de ces mécanismes, le Bucodes SurdiFrance précise qu’il existe d’autres pistes à explorer afin d’obtenir des aides pour le financement d’appareils de correction auditive (Fonds départemental de compensation, collectivités locales, caisses de retraite, fonds de solidarité des mutuelles, etc.). Dans certains cas l’employeur peut aussi proposer de participer.

Un précieux outil d’accompagnement

« Un coût élevé, un faible niveau de remboursement par la sécurité sociale, des aides à solliciter, des informations difficiles à obtenir et à comprendre, un audioprothésiste à choisir… autant de raisons, pointe l’association de malentendants, qui rendent nécessaire une bonne préparation avant de vous lancer dans ce parcours ».

Le guide qu’elle édite est intégralement rédigé par ses bénévoles qui ont l’habitude d’accompagner des personnes concernées par ces démarches. Il constitue un outil précieux. Les personnes qui souhaitent s’équiper d’appareils auditifs auraient tort de s’en priver.

 

vos commentaires

  • Article très intéressant ! Personnellement je me suis laissé convaincre de porter des prothèses auditives et ça m'a en effet changé la vie. Avec la qualité des appareils auditifs actuels, plus besoin d'hésiter.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 -

autres actualités récentes