Défaut de qualité détecté dans les médicaments à base de VALSARTAN : que faire si vous en prenez ?

Pertinence des soins, on en est encore loin !

Les médicaments à base de Valsartan sont utilisés en cas d’insuffisance cardiaque, hypertension artérielle et post-infarctus du myocarde récent.

Début juillet : l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des produits de Santé (ANSM), informée de la présence d’une impureté  – la NDMA, substance classée comme probablement cancérogène chez l’homme –  dans certaines spécialités à base de Valsartan et de valsartan/hydrochlorothiazide fait procèder à un important premier rappel de lots.

Fin Août : l'ANSM, en lien avec le Conseil national de l'ordre des médecins et le Collège de la médecine générale, a adressé des recommandations aux professionnels de santé afin de demander aux médecins de ne plus initier de traitement par valsartan et de réserver les stocks de valsartan disponibles pour certains patients (insuffisance cardiaque non contrôlée par un autre sartan, post-infarctus du myocarde, hypertension artérielle équilibrée grâce à une polythérapie comportant du valsartan).

Fin novembre : l’ANSM fait procèder à un second rappel de lots en raison de l’identification de la présence éventuelle d’une autre impureté, la NDEA, également classée comme probablement cancérigène chez l’homme, dans de nouveaux lots de médicaments à base de valsartan.

La disponibilité du valsartan sur le marché français est particulièrement réduite et des recommandations sont adressées à l'ensemble des professionnels de santé concernés pour préciser la conduite à tenir. Seul le respect de ces recommandations permettra de garantir la prise en charge des patients pour lesquels il n’existe pas d’alternative.

PÉNURIE DE VALSARTAN : RECOMMANDATIONS SI VOUS Y ÊTES CONFRONTÉ

En cas de renouvellement d’une ordonnance de valsartan, les médecins doivent réserver les traitements à base de valsartan à certains malades uniquement (insuffisance cardiaque non contrôlée par un autre sartan, post-infarctus du myocarde, hypertension artérielle équilibrée grâce à une association comportant du valsartan).

Pour les autres patients, les médecins doivent envisager un autre traitement équivalent au regard des recommandations actuelles. Le pharmacien prendra contact avec le médecin qui décidera de la conduite à tenir et du changement de traitement.

PATIENTS, N’ARRÊTEZ PAS VOTRE TRAITEMENT

Les patients traités par l’une des spécialités à base de valsartan impactées par le rappel de lots ne doivent ni arrêter d’eux-mêmes leur traitement, ni rapporter leurs boîtes à la pharmacie. Il n’existe pas de risque aigu pour le patient lié à ce défaut de qualité. En revanche, le risque d’arrêt brutal du traitement est réel (poussées hypertensives, décompensations cardiaques, accidents neurologiques).

Pour toute question, les patients peuvent se rapprocher de leur médecin ou de leur pharmacien.

L’ANSM a mis en place un numéro vert pour répondre aux interrogations des patients et/ou de leur entourage :

Ce numéro est accessible gratuitement du lundi au vendredi
de 9h à 19h.

Retrouvez ici la liste des médicaments concernés et non concernés (actualisée au 20 décembre) :

Liste des médicaments concernés (20/12/2018)

Liste des médicaments non concernés (20/12/2018)

Les documents d'information et la liste complète des médicaments sont consultables en ligne sur le site de l'ANSM.

 

vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

autres actualités récentes