Detox, pretox et repas de fêtes

Detox, pretox et repas de fêtes

Les prochains jours risquent d’être un peu déroutants pour notre organisme avec tous les repas de fêtes qui s’enchaînent pour les réveillons auxquels s’ajoutera début janvier la galette des rois… Face à ces excès, vous aurez peut-être besoin ensuite de mettre votre corps au repos et de le débarrasser des toxines accumulées en pratiquant ce que l’on appelle une cure de détoxication (ou plus simplement detox).

Les magazines féminins ont régulièrement des menus et aliments detox miracles à nous proposer, mais ces detox sont-elles spécifiquement adaptées seulement aux femmes ou tout le monde peut-il prétendre à entamer ce genre de cure ? Auquel cas, comment faut-il s’y prendre ?

Voici des éléments de réponse avec l’interview de Marie Sicot, naturopathe, praticienne de santé à Paris.

La detox, c’est quoi ?

Le principe c’est de mettre au repos l’organisme afin de l’aider à se régénérer. La detox permet aussi d’éliminer certaines toxines, c’est-à-dire les « déchets » qui peuvent s’accumuler du fait d’une alimentation trop riche en graisses, en sucre, mais aussi à cause des pesticides et additifs de toute sorte qui sont ajoutés notamment dans l’alimentation industrielle. Ces fameuses toxines peuvent également venir de médicaments auxquels on a eu recours et bien entendu de la pollution : celle de l’air mais aussi des métaux lourds que l’on retrouve dans certains poissons par exemple (voir notre article sur le sujet). Il y a une autre toxine à laquelle on pense moins, c’est le stress… Il créé énormément d’acidité dans le corps, or mieux vaut tenter d’éliminer l’acidité car de nombreuses maladies se développent plus facilement en terrain acide. Une detox complète comprend un aspect nutritionnel mais l’idéal est aussi de prendre le temps de se reposer, de faire de la marche, pourquoi pas du yoga ou de la méditation.

Dans une vraie detox, on active les organes que l’on appelle les émonctoires, c’est-à-dire le foie, la peau, les poumons, la peau et les intestins dans le but de les drainer. On fait donc en sorte, en premier lieu, de ne plus les surcharger et on sélectionne des aliments mais également des plantes (comme le romarin, à consommer en tisane) qui vont activer l’élimination des toxines tout particulièrement au niveau de ces émonctoires.

La detox est-elle adaptée à tous ? Hommes, femmes, quel que soit l’âge ?

Oui, car la detox peut se décliner sous plein de formes différentes et chacun peut trouver des clés alimentaires qui lui convienneet lui permettede nettoyer son organisme. On en parle surtout dans les magazines féminins mais il ne s’agit pas forcément de faire une cure de smoothies verts. Un homme d’affaires qui travaille et n’a pas l’habitude de faire des régimes ou de suivre des plans diététiques peut, en respectant quelques règles élémentaires, faire une detox.

Quelles sont les règles de base de la detox ?

En général, on préconise d’éliminer pendant une à deux semaines les produits laitiers, le gluten, les viandes rouges, les graisses saturées (en gros tous les plats cuisinés et produits alimentaires industriels) et le sucre, qui sont des aliments qui alourdissent et encrassent le corps. L’une des règles également est de boire beaucoup (eau, tisanes surtout, en évitant évidemment  l’alcool et le café).

Sur cette base, chacun fera en fonction de son mode de vie et de sa morphologie. Par exemple, faire le plein de fruits, légumes et de céréales complètes au petit-déjeuner et au déjeuner et remplacer le repas du soir par une compote de pommes (sans sucre) faite maison ou un bouillon durant 3 jours, c’est déjà une detox.

Bien sûr, il y a tout un tas de variantes, chacun a ses aliments detox favoris et certains iront jusqu’à pratiquer pendant quelques jours une monodiète (on ne mange qu’un seul type d’aliments pendant quelques jours, comme du raisin en saison, des bouillons ou des smoothies de légumes), voire un jeûne.

Y-a-t-il une durée minimum pour une detox ?

Mettre son corps au repos pendant ne serait-ce que 2 ou 3 jours, c’est déjà une detox. Mais le minimum pour une vraie cure de detox dans les règles de l’art, c’est une semaine, l’idéal étant deux semaines. Souvent lorsqu’il s’agit d’une première fois, je propose de ne faire qu’une seule semaine, car ce n’est pas toujours évident de changer ses habitudes. Je précise que l’idée n’est pas de se priver mais surtout de bien sélectionner ses aliments en éliminant ceux qui sont toxiques pour l’organisme. Il peut y avoir une volonté associée de perdre du poids, et dans ce cas les préconisations alimentaires sont parfois strictes, mais ce n’est pas le but premier de la detox.

Est-ce possible de faire une detox gourmande ?

Oui, une detox n’est pas forcément triste ! Au contraire, le mieux est que cela plaise à la personne qui entame une detox pour que cela devienne plus qu’une simple cure mais la base de son alimentation.  C’est vrai que cela induit souvent d’apprendre à consommer des aliments que l’on ne connaît pas forcément comme les laits végétaux ou des algues qui peuvent aisément remplacer le sel. On a aujourd’hui accès facilement aux magasins bio, il ne faut pas hésiter à faire de nouvelles découvertes culinaires.

Existe-t-il des desserts detox ?

Oui, bien sûr ! On peut faire par exemple des petits flans à base de :

  • lait végétal comme du lait de coco qui a l’avantage d’être naturellement sucré,
  • cacao cru,
  • ses épices préférées comme la vanille, la cannelle ou bien la fleur d’oranger
  • un peu d’agar-agar pour épaissir la préparation,
  • quelques graines ou des fruits secs, comme des amandes effilées à parsemer par dessus le flan pour amener du croquant…

Peut-on le faire sans suivi d’un professionnel ?

Lorsque l’on a déjà l’habitude de faire régulièrement des cures detox, on peut sans problème le faire seul. Certains pratiquent même le jeûne seul. En revanche, il faut quand même faire attention à ce que ces personnes ne basculent pas dans l’anorexie.

Dans l’ensemble, quelqu’un qui n’a aucune notion de nutrition et décide de faire une detox stricte du jour au lendemain a plutôt intérêt à aller voir un diététicien, un médecin nutritionniste ou un naturopathe pour l’accompagner. Il peut en effet y avoir quelques effets secondaires et le praticien pourra surtout personnaliser la cure detox selon les habitudes de vie et les goûts de la personne.

Enfin, il y a des cas médicaux où il faut être vigilant. Les personnes diabétiques insulino-dépendantes par exemple ne se lanceront pas seules dans une monodiète, surtout celle à base de raisins par exemple, le raisin étant très sucré.

Est-on en forme pendant une cure de detox ?

Dans la mesure où l’on fait le plein de vitamines et de minéraux, oui, on est léger et en forme ! Les deux premiers jours en revanche peuvent parfois être déstabilisants, surtout si la surcharge en toxines est importante. On peut éventuellement traverser ce que l’on appelle les crises curatives qui se traduisent par des maux de tête, de la fatigue, de l’acné, parfois même des dérèglements hormonaux qui perturbent le cycle menstruel chez les femmes. Il ne faut pas s’arrêter à ces symptômes, c’est le signe au contraire que la detox agit… Certaines personnes laissent tomber à ce moment-là en se disant que ce n’est pas pour elles, c’est souvent le contraire ! Le mieux, du coup, est de commencer sa cure de detox le week-end pour être tranquille durant ces deux premiers jours. L’idéal, comme je le disais plus haut, est quand même d’en profiter pour vivre cette detox pendant une vraie période de repos, comme des vacances pour se débarrasser également du facteur de stress.

Est-ce qu’on peut travailler, faire du sport pendant une detox ?

Passés ces deux jours où l’on peut être un peu patraque, on a ensuite un regain d’énergie puisque le corps n’est plus autant sollicité qu’avant sur tous les problèmes de digestion. On peut donc travailler et faire du sport sans problème ; au contraire, le sport va participer à l’action d’élimination générale. Il faut quand même faire preuve d’un peu de bon sens, on n’entame pas pour la première fois une monodiète de bouillon la semaine où l’on part faire du ski tous les jours alors qu’on n’est pas particulièrement sportif le reste de l’année.

En effet, il y a quand même des exceptions. Par exemple, si l’on décide de faire un jeûne pour la première fois, je déconseille de le faire en continuant de travailler comme d’habitude. Certaines personnes font des jeûnes régulièrement et se connaissent suffisamment pour les faire tout en continuant à travailler mais pour un débutant, ce n’est pas l’idéal (voir notre article sur le jeûne).

LE PHÉNOMÈNE « PRETOX »
Ces dernières semaines, les magazines féminins ont beaucoup parlé du phénomène « Pretox ». L’idée étant de faire une detox préparatoire avant les excès alimentaires comme les fêtes de fin d’année. Même s’il est toujours bon de mettre son organisme au repos, faire une detox juste avant des repas très riches n’est pas forcément bénéfique. Au contraire, le corps ne va pas savoir gérer ces surcharges importantes, et les risques de maux de tête, de problèmes de digestion sont accrus. Pire, le corps peut avoir tendance à réagir selon le fameux effet yoyo et installer des kilos… En effet, privé pendant quelques jours, l’organisme va d’autant plus emmagasiner les sucres et les graisses qui lui sont apportés d’un seul coup en grande quantité. Du coup, entre les deux réveillons (si l’on sait que l’on va faire des excès), le mieux est de manger équilibré, d’éviter les sucres et les graisses, de ne pas se resservir, de ne pas grignoter entre les repas, mais il n’est pas utile de se priver de façon stricte… C’est presque contre-productif.
Si l’on décide de faire une pretox avant des excès alimentaires, le mieux est de s’y prendre bien en avance pour se laisser une marge de reprise alimentaire graduelle avant ce fameux repas particulièrement riche.
En revanche, à l’inverse, entamer une detox dès le lendemain des fêtes est tout à fait bénéfique si on en ressent le besoin !

vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

autres actualités récentes