Est-ce que je consomme trop de sel ?

Risques Cardio-Vasculaire Consommation Sel Santé

Aucun débat possible sur cette question, la réponse est OUI, dès lors que vous consommez des plats transformés, un peu trop de biscottes, pain et viennoiseries, de la charcuterie, du fromage, des quiches ou des pizzas, et même des soupes industrielles (cela avait l’air sain pourtant la soupe…) car à eux seuls, ils représentent 70% du sel que nous consommons !

Nous avons tenté de comprendre pourquoi l’on doit faire attention à notre consommation de sel avec le docteur Patrick Assyag, Cardiologue, membre du Comité médical et scientifique de l’Alliance du Cœur.

La consommation excessive de sel, en effet, est délétère pour notre santé, et réduire son apport dans notre alimentation réduit les risques :

• D’hypertension artérielle

• De maladies cardiovasculaires

• De rétention d’eau

• De maladies rénales

• D’ostéoporose

• De complications du diabète…

En France, les hommes ingèrent en moyenne 10g de sel par jour, contre 8g chez les femmes (voir l’article sur le sel sur le site de l’ANSES). Cependant l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), recommande de n’en consommer que 5g quotidiennement.

C’est pourquoi, le Programme National Nutrition Santé qui s’étend 2011 à 2015 (PNNS 3) a pour objectif de nous faire réduire notre consommation de sel en atteignant dans un premier temps, un palier intermédiaire qui est de 8g pour les hommes et 6,5g pour les femmes, chaque jour.

Le sel dangereux pour les insuffisants cardiaques et les hypertendus

Le sel a la propriété de retenir l’eau dans l’organisme, provoquant un phénomène de rétention hydrosodée. Le volume du sang circulant dans les artères a tendance alors à augmenter et à créer une tension sur la paroi des ces artères. C’est ce que l’on appelle l’hypertension.

En outre, des oedèmes aux jambes et aux poumons peuvent se former et accroître encore davantage cette hypertension, sans compter que lorsque le cœur fonctionne moins bien, notamment chez les insuffisants cardiaques, la « pompe » cardiaque est défaillante et le sel est moins bien éliminé. La machine s’emballe et un régime sans sel strict est alors indispensable.

Les diabétiques doivent faire attention au sel également…

En effet, les diabétiques ont tendance à faire de l’hypertension ! Adopter le plus précocement possible une alimentation pauvre en sel peut aider à réduire les complications d’un diabète.

Si je suis en pleine forme, dois-je également faire attention ?

Une personne qui consomme trop de sel toute sa vie risque d’en pâtir avec l’âge. En vieillissant, la plasticité des artères se réduit, et si l’habitude de manger trop salé persiste, une hypertension peut s’installer plus facilement.

Une consommation raisonnable en sel doit faire partie d’une hygiène de vie, au même titre que de ne pas manger trop sucré, en prenant garde au cholestérol, à l’excès de café ou d’alcool. 

Et les enfants ?

Mis à part quelques cas d’obésité infantile ou de problèmes cardiaques sous-jacents, il n’y a pas de prescription particulière pour la consommation de sel des enfants. Cependant leur donner de mauvaises habitudes, comme manger régulièrement des plats et viennoiseries industrielles transformés, trop de charcuteries et resaler systématiquement les plats à table, sont de mauvais signaux pour son alimentation future.

Les aliments à éviter :
– Les plats cuisinés
– Les soupes et sauces du commerce
– Le beurre salé
– La charcuterie
– Les coquillages, crustacés, œufs de poissons et poissons fumés
– Le pain artisanal
– Les viennoiseries industrielles
– Les chips et biscuits apéritifs
– La moutarde, les câpres et cornichons
– Bon nombre d’eaux gazeuses (sauf Salvetat et Perrier)

Cuisiner sans sel mais avec du goût !

Il y a des subterfuges gustatifs au sel qui relèvent les plats.
Abusez de :
– L’ail
– L’oignon
– Les échalotes
– Les épices comme le poivre, le curry, le cumin…
– Les herbes comme le persil, la ciboulette, la coriandre, l’aneth, la menthe, le thym, le laurier, l’origan, le basilic…

2 gestes simples…

  • Pas de salière à table, surtout après 60 ans.
  • Ne jamais saler un plat sans l’avoir goûté.

Le sel présent dans l’alimentation est tout à fait suffisant pour répondre à nos besoins en minéraux, sodium et chlorure qu’il contient, sans avoir besoin de saler à nouveau notre nourriture.

Sel et ostéoporose

Une autre bonne raison de ne pas faire d’excès de sel est qu’il favorise l’élimination du calcium dont nous avons tant besoin pour renforcer nos os, surtout lorsqu’on avance en âge… (Voir cet article très complet sur le sujet).

BONUS :

Boutique en ligne tousansel – Epicerie de produits gourmands adaptés aux régimes sans sel

 

 

 

vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

autres actualités récentes