NOUS SOMMES
66 MILLIONS D’IMPATIENTS,
MOBILISONS-NOUS ENSEMBLE


+ En savoir plus
À propos

L'Union nationale des associations agréées du système de santé et 66 Millions d’IMpatients se mobilisent au quotidien pour défendre les droits des malades, des patients et de tous les usagers du système de santé ! En communiquant nos constats et propositions directement auprès des principaux responsables politiques et administratifs, des différents acteurs du système de santé (fédérations hospitalières, organisations représentatives des professionnels de santé, des mutuelles et assurances complémentaires santé, des laboratoires pharmaceutiques et fabricants de dispositifs médicaux…), nous militons pour faire évoluer les lois, les règles et les pratiques afin que les malades puissent toujours être au centre des décisions les concernant.

A l’occasion des élections présidentielles de 2017, nous vous invitons à vous joindre personnellement, activement et gratuitement à nos actions. Comment ça marche ? Le principe est simple : plus nous serons nombreux à évoquer les sujets de mobilisation sur la santé, plus nous attirerons l’attention et serons pris en considération. Vos comptes Facebook et Twitter sont de réels vecteurs d’information et de sensibilisation, alors tous à vos clics et ensemble mobilisons-nous !

<
#PaieTaPolitiqueSanté

A l'occasion des Présidentielles, nous donnons les moyens à chaque citoyen de se mobiliser sur les questions de santé : découvrez les failles du système de santé révélées par les associations et exprimez votre préoccupation en les partageant sur Facebook ou en les envoyant aux candidats sur Twitter.

Des prescriptions parfois inutiles

dépenses santé inutiles

Selon plusieurs évaluations et études, les soins inutiles représenteraient entre 27% et 30% des dépenses maladie (sur un montant annuel total d’environ 200 milliards d’euros de consommation médicale) sous forme de surprescriptions d’examens, de médicaments, d’actes médicaux et chirurgicaux, et de parcours inappropriés notamment à l’hôpital, au détriment de la prise en charge de traitements réellement utiles aux malades, et au risque d’occasionner des souffrances et des effets indésirables de fait évitables. 

Ramenés à une estimation basse de 25%, ce sont près de 50 milliards d’euros que notre système financerait inutilement, auxquels il convient d’ajouter les coûts des complications évitables. 

Partagez cette faille
Retour aux failles