NOUS SOMMES
66 MILLIONS D’IMPATIENTS,
MOBILISONS-NOUS ENSEMBLE


+ En savoir plus
À propos

L'Union nationale des associations agréées du système de santé et 66 Millions d’IMpatients se mobilisent au quotidien pour défendre les droits des malades, des patients et de tous les usagers du système de santé ! En communiquant nos constats et propositions directement auprès des principaux responsables politiques et administratifs, des différents acteurs du système de santé (fédérations hospitalières, organisations représentatives des professionnels de santé, des mutuelles et assurances complémentaires santé, des laboratoires pharmaceutiques et fabricants de dispositifs médicaux…), nous militons pour faire évoluer les lois, les règles et les pratiques afin que les malades puissent toujours être au centre des décisions les concernant.

A l’occasion des élections présidentielles de 2017, nous vous invitons à vous joindre personnellement, activement et gratuitement à nos actions. Comment ça marche ? Le principe est simple : plus nous serons nombreux à évoquer les sujets de mobilisation sur la santé, plus nous attirerons l’attention et serons pris en considération. Vos comptes Facebook et Twitter sont de réels vecteurs d’information et de sensibilisation, alors tous à vos clics et ensemble mobilisons-nous !

<
#PaieTaPolitiqueSanté

A l'occasion des Présidentielles, nous donnons les moyens à chaque citoyen de se mobiliser sur les questions de santé : découvrez les failles du système de santé révélées par les associations et exprimez votre préoccupation en les partageant sur Facebook ou en les envoyant aux candidats sur Twitter.

La difficulté d’accès aux soins spécialisés

Accès soins gynécologiques

Plus de 20% d’usagers ont eu recours aux urgences faute de pouvoir obtenir un rendez-vous chez un professionnel de santé dans un délai raisonnable.

Plus de 45% des usagers confrontés à la désertification médicale craignent pour leur sécurité.

Plus de 48% des usagers se tourneraient vers un médecin exerçant en secteur 2 faute de pouvoir obtenir un rendez-vous dans un délai raisonnable auprès d’un médecin de secteur 1.

Plus de 11% des femmes ont déjà été dans l’impossibilité d’obtenir un rendez-vous chez un gynécologue dans un délai raisonnable.

Plus de 47% des usagers ont déjà été dans l’impossibilité d’obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste dans un délai raisonnable.

Pour près de 68% des usagers, la répartition des médecins sur le territoire ne prend pas assez en compte les besoins des patients.

Plus de 71% des usagers pensent que les pouvoirs publics devraient intervenir pour réguler la répartition des médecins libéraux sur le territoire.

Près de 56% des usagers sont favorables à la régulation de l’installation des médecins : 

29,5% des usagers pensent qu’il faudrait limiter l’installation des médecins dans les zones sur-denses ;

25,8% pensent qu’il faudrait les obliger à s’installer dans les zones sous-denses(1).

Partagez cette faille
Retour aux failles