Le droit à l'information du patient sur les coûts

Les vaccins obligatoires doivent-ils le rester ?


147 votes
oui
non
16 %
84 %

La Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes a lancé le 12 janvier 2016 un plan d'action volontariste pour la rénovation de la politique vaccinale, construit sur la base des recommandations de Sandrine Hurel (voir le rapport de Sandrine Hurel). Face au développement d'un mouvement de défiance vis-à-vis de la vaccination, l'objectif est de renforcer la confiance dans la vaccination en répondant aux inquiétudes concrètes formulées par les Français. En ce sens, la ministre Marisol Touraine a décidé d’ouvrir une concertation citoyenne comportant notamment un débat public.

Dans ce contexte, il nous a semblé intéressant de vous sonder concernant l’obligation vaccinale : faut-il la maintenir ou la supprimer ? 

Répondez librement à ce sondage sur cette page. Et par avance, merci pour votre contribution !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vos commentaires

  •  Le plus simple pour comprendre pourquoi vous devez refuser ce vaccin est de regarder cette vidéo.
    https://www.youtube.com/watch?v=GYgXse23mZk
    Les constituants du vaccin interagissent avec votre cerveau par effet auto-immun (en plus évidemment des effets délétères de l’aluminium).
    Il faut être fou pour vacciner et se vacciner avec ça (en particulier).

    Répondre

  • Je vous explique pourquoi vous paniquez pour rien. Le cancer du col touche une femme sur 3000. Il passe par cinq stades, tous curables avant d'atteindre le stade de cancer avéré. La solution est donc le dépistage, étant donné que les effets secondaires du vaccin, parfois gravissime, touchent bien plus d'un vacciné sur 3000. Le gardasil est un business et un gadget, extrêmement coûteux, rien d'autre. D'autant que les jeunes filles vaccinées n'ont aucune certitude d'avoir une immunité résiduelle quand le cancer les touchera 25 ans plus tard ou davantage. C'est une escroquerie total. 30 à 40% des femmes sont infectées par l'un des virus HPV: or il ne tue que 190 femmes par an, la plupart faute de dépistage précoce. Vos craintes sont tout à fait infondées. http://www.cancer.be/le-cancer/types-de-cancers/cancer-du-col-de-lut-rus

    Répondre

  •  Je ne comprends pas les anti vaccins, je leur souhaite d'être contaminés par le hpv18 qui donne la mort au bout de 18 mois et enfin il comprendront l'intérêt bénéfice du vaccin. je vous souhaite d'être contaminé et vous comprendrez ma révolution

    Répondre

  •  Curieuse « concertation citoyenne » par notre ministre dont je suis sans cesse censuré ! Il est certain que je ne suis pas « scientifique », tout juste historien, et on me reprochera peut-être aussi un peu moraliste.
    Voici en effet ce qu’on ne veut pas laisser lire :

    Consternant ! Une supercherie ! Comment ne pas comprendre que la concertation est biaisée ? Mais est-il seulement permis de la critiquer ? Quelle déontologie la sous-tend ?
    Que dire des questions 2 et 3 ! n’impliquent-elles pas le postulat que « la vaccination, ça ne se discute pas ! » (Mme la ministre) ? La vaccination donc, tout comme « la ligne générale » d’antan, ça ne se discute pas ! Nous ne discuterons donc pas ici de la vaccination, de ses bienfaits, et encore moins de ses accidents, ses effets indésirables ? De plus, la vaccination est-elle un tout ? n’y a-t-il pas des vaccinations ?
    N’oublions pas qu’en d’autres lieux/autres temps, remettre en cause le dogme, la ligne générale, a pu conduire l’impertinent au bûcher, au Goulag. Ainsi, de ce postulat érigé en dogme nous ne devrions pas discuter ?

    Et bien NON ! Dans une société libre il doit être permis de discuter des vaccinations.

    La vraie question n’est pas comment « améliorer la confiance dans la vaccination », mais comment proposer des vaccins sans risques ; ou mieux, comment assurer une meilleure prévention contre les maladies (la vaccination n’est pas l’unique solution). Ou encore : comment expliquer la perte de confiance dans la (les) vaccination(s) ? … et là, je suis sûr que les internautes répondront abondamment : accidents vaccinaux, complications neurologiques, SEP, SLA, adjuvants aluminiques, Gardasil, vaccin AHB, H1N1, lobbies pharmaco-industriels, conflits d’intérêts, pénuries programmées de vaccins non combinés, etc, etc.

    J’ose douter et, à ceux qui n’ont que certitudes, je rappelle ces maximes intemporelles :
    – « Le doute est le commencement de la sagesse » (Aristote, 4e s. av. J.C.)
    – « Le doute amène l’examen et l’examen la vérité » (Abélard, 12e s.)
    – « Le doute est l’école de la vérité » (Francis Bacon, 16e-17e s.)
    – « Le doute n’est pas au-dessous du savoir, mais au-dessus » (Alain, 20e s.)
    – « Je voudrais le marbre de la certitude pour y installer mes doutes » (Jean Rostand, 20e s)

    Répondre

  • Je recommande à ceux et celles qui désirent des informations de qualité scientifique sur les vaccins deux ouvrages de Michel Georget : le premier, constamment réédité pour son intérêt, « Vaccinations, les vérités indésirables »; et le second : « l’apport des vaccinations à la santé publique ».
    On y apprend entre autres ce qu’est un groupe HLA et donc l’unicité de chaque individu. Pratiquer des vaccinations de masse est à la fois anti-scientifique et criminel. Et qu’on ne nous parle pas d’un rapport bénéfice/risque positif quand on sait que la notification des accidents va de 1 sur 10 dans le meilleur des cas, et pour les maladies les plus graves SLA notamment) de 1 sur 100. Malhonnêteté intellectuelle évidente ! Chacun doit savoir aussi que, s’il est victime d’un accident post-vaccinal, son accident sera systématiquement nié et il sera abandonné. A bon entendeur, salut …

    Répondre

  • Il faut cesser absolument l'obligation vaccinale car c'est un poison qui endommage le système immunitaire. Comment a-t-on- pu en arriver à de telles extrêmes. Cela provoque inéluctablement à causer de l'asthme, des otites, de la broncholite, des allergies, des troubles du sommeil chez l'enfant, l'hyperactivité également, mort subite du nourrisson, etc… liste non exhaustive. Il faut se dresser et se battre pour instaurer la liberté de se faire vacciner ou pas. Moi j'me rappelle tous les jours que j'ai été vacciné enfant, je suis malade à vie maintenant. Le système immunitaire ça marche pas comme ça, c'est lui le chef d'orchestre, les vaccins c'est pour ceux qui n'ont tjr rien pigé à leur nocivité. Tant pis pour eux. Le fric pour les labos y a que ça qui compte. Depuis que les vaccins sont prescrit en Afrique sub-sahariennne, les gamins sont malades, alors que ce qu'ils sont besoin c'est de vitamines …. Ral le bol de la propagande pro-vaccins …..

    Répondre

  •  A mon avis rien ne presse au contraire pour supprimer certaines vaccinations, l'arrivée massive de milliers de migrants dans toutes les villes de France devrait nous obliger à rester à jour de vaccinations. Combien le sont parmi tout ces gens qui viennent se "réfugier" en France? cela pourrait être pire que la fameuse grippe à l'époque Roselyne Bachelot. Donc je dis OUI plus qu'avant il faut SE PROTÉGER ET SE FAIRE VACCINER.

    Répondre

  • Si on lève l’obligation vaccinale, il faudra par ailleurs mettre en place une vraie campagne d’information,d’éducation,d’explication auprès du public car les virus,bactéries et autres microbes sont présents à l’état naturel; en quantité et capacité de nuire. Ils font partie de notre vie, environnement et les maladies qu’ils peuvent provoquer ne sont pas anodines pour la plupart, il sera toujours nécessaire alors d’être vacciner pour soi même et aussi pour protéger son voisin. La vaccination reste une assurance contre beaucoup d’infections pour l’homme.

    Répondre

    1.  Votre raisonnement conduirait à systématiser des vaccinations contre toujours plus de maladies: souhaiteriez-vous donc remplacer carrément l’espèce humaine réduite au rôle de champ de bataille entre bons et mauvais virus?

      Répondre

    2.  @rival.
      Vous ânonnez de la fausse science, à la remorque des labos.
      J’ai vacciné sagement pendant trente ans.
      Mais depuis six ans, j’ai étudié les vaccins, au travers de centaines de livres: ma conclusion irrévocable est qu’ils sont aussi dangereux qu’inefficaces.
      Faites -en donc autant, et vous arriverez aux mêmes conclusions.
      Seuls les ignorants peuvent encore défendre la vaccination.

      Répondre

  • Notre Ministre de la Santé fait-elle cas, tant pour la personne concernée que pour son entourage, des néfastes conséquences engendrées par l’obligation vaccinales et ce sans précautions médicales particulières. Tout individu est différent. Ce qui peut être bénéfique pour les uns peut être poison pour d’autres. Stop à toutes ces obligations de vacciner. Chacun doit être libre d’accepter ou non. Notre corps nous appartient

    Répondre

  •  je suis par la force des événements contre l'obligation vaccinale, elle est en fait anticonstitutionnelle, le droit de disposer de son corps est un droit élémentaire et inaliénable, je suis une multitude de vaccinations lié à mon emploi, tombé malade et je sais depuis les raisons qui ont provoqué certains problèmes de santé de mes enfants pour qui on ne donnait pas d'explications et qui hier m'était étranger, mais aujourd'hui je sais qui en est la cause, LES VACCINS

    Répondre

  •  je suis contre les vaccins obligatoires

    Répondre

  • Non, tant qu’il y aura des adjuvants type aluminium ou squalène

    Répondre

  • Obligation pour les politiques et les hôpitaux d’être libres vis à vis des labos. Lobbying à réglementer strictement et à sanctionner. Contrôle strict des essais. Presse non muselée.  

    Répondre

  • Les enfants non vaccinés sont en meilleure santé, il y a des études qui le démontrent. Tant qu’il y aura des adjuvants type aluminium ou squalène, la population sera exposée à des poisons neurotoxiques

    Répondre

  • Liberté bien sûr, mais aussi information réelle sur les dangers des vaccins. Mise en examen des dirigeants des laboratoires. Responsabilisation morale et pénale des médecins.

    Répondre

  •  Les réactions plus ou moins graves aux vaccins, reconnues, niées ou ignorées, affaiblissent nécessairement la confiance dans les vaccinations. Et cela ne se discute pas !
    L’obligation vaccinale porte sur 3 vaccins : DTP. Pourquoi impose-t-on alors à nos enfants des vaccins tétra, penta ou hexavalents ?
    Pourquoi l’aluminium, dont la nocivité est de plus en plus largement admise, nous est-il imposé comme adjuvant dans la plupart des vaccins ? Quels intérêts là derrière ?
    Et l’on s’étonne après que la confiance s’effrite !

    Répondre

    1.  Bonjour,
      ai-je un homonyme ? je ne me souviens pas avoir écrit ce message sur votre site. Je le découvre parce qu’on me l’a signalé. Pourtant … j’en partage totalement le fond ! Je saurai par la réponse si ma mémoire m’a trahi.

      Répondre

  • La Charte des Droits fondamentaux de l’Union Européenne affirme clairement: « Le consentement libre et éclairé de la personne concernée doit être respecté dans le cadre de la médecine et de la biologie. » La vaccination obligatoire est donc une violation de cette Charte et aussi de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, entre autres.

    Répondre

    1.  Et la violation des frontalières par des milliers de migrants non vaccinés et porteurs de virus c’est légal ??????

      Répondre

  • Comme le nombre de personnes atteintes de pathologies liées à l'aluminium vaccinal pourrait se chiffrer en dizaine de milliers et le coût pour la société serait à peu près d'un milliard d'euros chaque année… quelques solutions seraient enfin à mettre en place changement du système… au pire l'arrêt de l'injection du maximum des vaccins entre 12 et 18 mois où les nourrissons présentent une hypogammaglobulinémie, reprise du sulfate de calcium enfin une Prévention… de la Résistance du système immunitaire (alimentation……) une individualisation et un libre choix citoyen comme dans d'autres pays européens… à moins que cela ne soit au mieux ?

    Répondre

  • La diphtérie et la polio ont disparu grâce à l'amélioration de l'hygiène et pas grâce aux vaccins. Le tétanos n'est pas une maladie immunisante : on peut en faire plusieurs ; avoir des anticorps ne protège pas. Oui pour des recherches indépendanes des lobbies, mais y a-t-il encore une recherche publique ? Voir la vidéo de Serge Rader qui dénonce, après des milliers d'heures de travail sur le sujet, la corruption qui a envahi tous les niveaux : des médecins à la tête de l'état. https://www.youtube.com/watch?v=hAYb8uUgJyA

    Répondre

  • Il faut laisser le choix aux patient surtout pour les anxieux qui gobent tout ce que disent les médecins qui pour finir ne connaissent rien de l’immunité ainsi que les lobbies. Il faut être très prudent. Dans mon expérience de 40 ans de médecine générale j’ai rencontré 10 cas graves  dont un mortel des suites de vaccins. Multipliez cela par le nombre de médecins gén + les pédiatres cela fait beaucoup d’enfant en souffrance toute leur vie et un poids inutile pour la société. Qui a fait le calcul de ce que cela coûte à la société. Je pense qu’il n’est pas opportun de répéter les vaccins car le système immunitaire n’a pas besoin qu’on lui rabâche la leçon. Sa mémoire est infaillible et se manifestera même 20 ou 50 ans plus tard. Le débat s’il est honnêtement fait sera intéressant et très utile pour l’avenir de nos enfants et petits enfants. S’il fallait repenser la vaccination, il faudrait éliminer les adjuvants dangereux (Al, Hg, squalène, etc…), surtout faire de véritables études en double aveugle entre personnes vaccinées et celles qui ne sont pas vaccinée. Cela n’a jamais été fait puisque ça ne sert pas l’intérêt des lobbies ni des politiques sans « couilles » qui sont sous leurs ordres. Cela devrait être fait par un organisme indépendant où il n’y aurait pas de conflit d’intérêt. Ceci est la responsabilité de l’état. A quand une vrai démocratie?! Et quand le respect de l’individu sera réel.
    Bien amicalement

    Répondre

    1.  @P Coumans "j’ai rencontré 10 cas graves dont un mortel des suites de vaccins", dites-vous Mais ce que vous n'avez pas vu, et moi non plus pendant trente ans de vaccination avant de comprendre, ce sont les dégâts occasionnés à nos petits patients, moins évidents, mais réels, tels que otites, asthme, bronchites,qui touchent cinq fois plus les enfants vaccinés. On croit que ces maladies de l'enfant sont normales, banales, mais elles ne le sont pas. Elles sont dues à 80% à la vaccination, qui endommage gravement le système immunitaire. Plus tard surviendront des maladies chroniques telles que le diabète, qu'on ne reliera pas à leur cause réelle.

      Répondre

  •  non chacun doit pouvoir choisir ! LIBERTE

    Répondre

  •  les parents sont des gens suffisamment responsables et informés (sinon capables de s’informer) pour décider eux-mêmes de faire vacciner ou non leurs enfants. La contrainte ne peut que susciter des interrogations et de la défiance.

    Répondre

  •  NON LES VACCINS NE DOIVENT PAS ETRE OBLIGATOIRES

    Répondre

  •  Les liens d’intérêts économiques entre les labos et les politiques sont tels qu’on ne sait plus si l’obligation vaccinale est nécessaire à la santé publique ou bien à l’enrichissement des actionnaires des labos. Donc, d’abord, moralisons tout cela et faisons une évaluation scientifique sérieuse après un moratoire sur l’obligation vaccinale et ensuite on pourra se reposer la question de l’obligation vaccinale.

    Répondre

  • Liberté vaccinale et transparence et lorsque des effets secondaires se produisent que les labos prouvent que leur produit ne correspondait pas à la personne vaccinée et non plus à la victime de prouver que le produit est défectueux ; chacun son métier ; un expert judiciaire en matière médicale ne sera pas utile en expertise construction ? alors laissez nous etre maitre de notre corps de plus dans les pays ou l’obligation vaccinale a été supprimée il n’y a pas eu moins de vaccinés parait-il…..et lorsque l’état nous oblige à nous vacciner Mme Marisol <Tourraine (ou je suis aussi de votre région et je connais fort bien le sujet) que proposez-vous pour les accidentés vaccinaux ? car lorsque l'on impose quelque chose faut aussi prévoir le SAV 

    Répondre

  •  On doit laisser la liberté vaccinale aux gens, sans contrainte. Notre corps nous appartient. Donc, non il ne doit plus y avoir de vaccinations obligatoires.

    Répondre

  • Dans le monde médical , on a coutume de dire qu’à partir de 3 molécules on ne sait plus ce qui se passe . Que penser des vaccins qui proposent de « protéger » contre 6, 7 voire 10 maladies en une seule injection?

    Répondre

  •  bonjour

    Liberté vaccinale, fin des obligations et transparence.

    cdt

    Répondre

  • J'aimerai avoir le choix de vacciner mes enfants et avoir une transparence des compositions des vaccins, et que les laboratoire n'utilise plus de matières dangereuses pour notre santé.

    Répondre

  •  Je vote pour que les vaccins ne restent pas obligatoires.

    Répondre

  •  C’est vrai que l’obligation s’engage vers une exigence administrative intolérable. Vu les effets secondaires potentiels des vaccins, la population informée doit décider de son propre chef sinon nous ne sommes plus en démocratie.

    Répondre

    1. Elodie a raison : « l’obligation de subir donne le droit de savoir » (Jean Rostand). Or même ceux qui vaccinent ne savent pas ce qu’il advient des composés des vaccins dans le corps, pas plus à l’Académie de médecine qu’ailleurs. Ils nous parlent d’un rapport bénéfice/risque favorable aux vaccins mais ne disent pas sur quelles données est établi ce rapport : la sous-notification est énorme.

      Répondre

  •  Il faut supprimer l'obligation vaccinale même en collectivité. Il faut faire barrière à l'Académie de médecine et au conseil de l'ordre. Sinon où est la démocratie de lever une obligation …

    Répondre

  •  L’obligation légale est assortie de sanctions (amendes, prison …), le refus de DTP étant classé dérive sectaire (loi du 5 mars 2007 sur la protection de l’enfance) et ayant été considérée comme maltraitance à enfant par un tribunal !

    Le Conseil Constitutionnel répondra que le texte sur la maltraitance ne dit pas explicitement qu’il s’applique à un tel refus. Le tribunal a fait marche arrière …

    Mais l’obligation légale pourrait être remplacée par une contrainte administrative beaucoup plus forte avec les vaccins exigibles en collectivité. On pourrait fort bien ne pas pouvoir mettre un enfant en collectivité s’il n’a pas l’hexavalent + le ROR voire le Prévenar et un autre vaccin contre des méningites. Sauf contre-indications mais …

    C’est ce qui se prépare et que demandaient récemment l’Académie de Médecine et le Conseil de l’Ordre…

    Attention, la fin de l’obligation légale n’est qu’un leurre !

    Répondre

    1. Ce qui serait considéré comme insensé : donner le même médicament à tout le monde est exactement ce qu’on fait avec les vaccins. Rien d’étonnant à ce que se produisent des accidents. Il faut donc abandonner le système des vaccinations obligatoires mais rester vigilants car la contrainte administrative et le poids de la culture vaccinale chez nos médecins vont se faire très fortes. Bernard Guennebaud a raison de mettre en garde.

      Répondre

  •  Il est choquant qu’un acte médical avec ses inconvénients soit obligatoire pour un individu en bonne santé contre un risque disparu (diphtérie, polio) ou particulièrement faible (tétanos).

    Répondre

    1.  Polio, diphtérie, etc. n'ont pas disparu dans les pays sous-développés d'où viennent les migrants et une épidémie est très vite arrivée, nous ne sommes plus vraiment chez nous et entre nous ne l'oublions pas, finie la belle époque.

      Répondre

1 -

autres sondages récents
    Pas de module disponible pour ce thème.