PATIENTS, VOS DROITS

La prise en charge de la douleur (chronique, aigüe, post-opératoire…) en France

Qu’elle soit chronique, aigüe, post-opératoire… la douleur fait l’objet d’une prise en charge prioritaire depuis seulement 1995. Présentation des différents types de douleur et des niveaux de prise en charge associés.

Les accidents de la vie, les maladies aiguës, les maladies chroniques, voire les soins eux-mêmes, peuvent provoquer des douleurs, qu’elles soient physiques ou psychiques. Les acteurs du système de santé sont ainsi constamment confrontés à la douleur et se doivent de penser sa prise en charge.

Une prise en charge désormais prioritaire

La prise en compte de la douleur dans l’organisation de la santé et des soins n’a pas toujours constitué une priorité et ce n’est qu’en 1995 qu’un texte de loi a prévu que la douleur soit prise en charge. Cette prise en charge a été ensuite consacrée en droit à l’occasion de la loi sur les droits des malades du 4 mars 2002 qui indique que : « toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée. »

La parole du malade pour une prise en charge efficace de la douleur

L’inscription d’une notion dans un texte de loi ne signifie pas sa traduction immédiate dans les pratiques professionnelles. Il n’est en effet pas aisé de se dégager de certaines croyances, notamment celle qui consiste à penser que la douleur est collatérale à la maladie et à certains soins et qu’elle est donc inexorable, qu’on ne peut pas lutter contre.

Ainsi, que vous souffriez de douleurs chroniques, aiguës, post-opératoires ou que la douleur soit psychique, seul un signalement auprès d’un professionnel de santé permettra sa prise en charge. Si parler de votre douleur vous semble difficile, vous pouvez passer par votre personne de confiance (lien vers le contenu « La personne de confiance ») si vous en avez nommé une. Votre demande de prise en charge doit être prise en compte. Si les professionnels alertés ne sont pas capables de soulager cette douleur, ils doivent vous orienter vers d’autres professionnels susceptibles de le faire. La plupart des douleurs peuvent être soulagées, ne restez pas avec une réponse non satisfaisante. Vous seul ressentez votre douleur et vous seul êtes capable de la dire ou de la faire comprendre.

Identifier les différents types de douleur (chronique, post-opératoire…)

Plusieurs types de douleur existent. Pour assurer leur prise en charge, il convient de les identifier :

  • les douleurs aiguës (post-opératoire, traumatismes, etc.) : leur cause doit être recherchée et elle doit être traitée,
  • les douleurs provoquées par certains soins ou examens (pansements, pose de sondes, de perfusions, etc.) : ces douleurs peuvent être limitées,
  • les douleurs chroniques (migraine, lombalgie, etc.) : ce sont des douleurs persistantes dont la cause est connue et qui représente une pathologie en soit. Il faut traiter la douleur et tout ce qui la favorise.

Les différents niveaux de prise en charge de la douleur

Le premier niveau de prise en charge de la douleur est le professionnel de santé de premier recours : le médecin traitant et les autres professionnels de santé libéraux au contact régulier des patients. Pour une prise en charge de la douleur plus spécifique (douleur chronique par exemple), sachez qu’il peut exister au sein des établissements de santé des structures spécialisées : les consultations douleur constituent un deuxième niveau de prise en charge et les centres douleur un troisième niveau pour les cas les plus complexes.

Il peut également exister des équipes mobiles de prise en charge de la douleur (parfois également en charge des soins palliatifs) ou des réseaux inter-hospitaliers. Ces équipes se déplacent au sein d’un ou de plusieurs établissements et apportent leur collaboration aux différentes équipes soignantes à leur demande ou à celle des patients. Enfin des « réseaux ville hôpital » spécialisés dans le domaine de la prise en charge de la douleur apportent leur expertise aux professionnels libéraux.

Pour connaître les structures de prise en charge de la douleur existantes proches de chez vous, vous pouvez consulter l’annuaire des structures d’étude et de traitement de la douleur chronique (SDC) ou bien contacter votre médecin traitant et/ou l’agence régionale de santé dont vous dépendez ou la société d’étude et/ou de traitement de la douleur qui pourront vous renseigner.

 

 

 

 

 

Se documenter…

audit vaccinal
Actualité
Ligne interassociatif sur la santé
Coups de Gueule
haut
AUDIT VACCINAL
Actualité
02/02/2017

La prise en charge de la douleur (chronique, aigüe, post-opératoire…) en France

Notre sélection de vidéos des gestes de 1ers secours




Sélection de vidéos sur les premiers secours

Savez-vous comment réanimer quelqu’un qui fait un arrêt cardiaque, reconnaître les signes d’un AVC, réagir auprès d’une personne qui fait une crise d’épilepsie, stopper une blessure hémorragique ? Autant de gestes qui peuvent pourtant sauver une vie ! Nous avons sélectionné quelques courtes vidéos pour sensibiliser le plus grand nombre aux premiers secours.

RÉANIMER !

Savez-vous comment réagir si quelqu’un [...] lire la suite

ligne du collectif interassociatif sur la santé
visuel_infos_droits

Une question juridique ou sociale liée à la santé ?

Appelez notre ligne au

01 53 62 40 30*

en ligne

(* Prix d’une communication normale)

coups de gueule

PARTAGER VOTRE COUP DE GUEULE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vos coups de gueule

  •  Je réitère mon coup de gueule concernant la non reconnaissance de la douleur ressentie au travail. Je suis atteinte de polyarthrite rhumatoïde qui occasionne des douleurs chroniques. Pour autant, je dois assumer mon activité professionnelle comme un agent en bonne santé. Je culpabilise de m’arrêter en maladie lorsque je suis [...]

  • Il y a quelques années (environ 10 ans), je vais voir mon médecin traitant de l'époque afin qu'il me fasse un certificat afin de pouvoir bénéficier de l'APA (retraite suite à invalidité). Il a noté l’anxiolytique et l'antidépresseur mais pas les médicaments qu'il me donnait contre les douleurs multiples que j'ai (je [...]

mautic is open source marketing automation
Nous sommes 66 millions d'impatients,
Interpellons ensemble les candidats à la présidentielle, pour qu'ils se positionnent en faveur de la santé pour tous.