Prix Prescrire 2017 – Interview de Claude Rambaud & Jean-Pierre Thierry

Interview de Claude Rambaud et Jean-Pierre Thierry, qui ont reçu le Prix Prescrire 2017 pour leur livre Trop soigner rend malade

C’est avec un honneur ému et sincère que Claude RAMBAUD et Jean-Pierre THIERRY ont reçu ce jeudi 5 octobre un Prix Prescrire 2017 pour leur ouvrage Trop soigner rend malade paru aux éditions Albin Michel. Nous revenons avec eux sur l’apport particulier de cette distinction pour la reconnaissance et la légitimation de leur engagement.

Comment réagissez-vous à ce prix Prescrire qui vous a été décerné ?

C’est une reconnaissance pour notre travail qui nous touche énormément. Prescrire est maintenant bien installée comme une référence en matière de probité, d’indépendance. On voit que ce sont ces valeurs proclamées et appliquées dans leur pratique qui leur apporte une légitimité et une crédibilité aujourd’hui incontestable, de la part des publics avertis comme du grand public qui a pu être amené à connaître la revue à travers ses apports décisifs dans des affaires largement médiatisées. Des valeurs que nous nous attachons à appliquer de la même manière à notre engagement personnel et à celui de nos associations. La distinction que nous a aujourd’hui attribuée Prescrire nous aide à l’affirmer haut et fort.

Votre ouvrage est paru il y a un an et demi, quel regard portez-vous sur l’évolution depuis lors des perceptions et des pratiques en matière de « surmédicalisation » ?

On a le sentiment que les enjeux de la surmédicalisation et de la pertinence des soins sont identifiés comme des priorités par l’ensemble des acteurs, et notamment par les pouvoirs publics. Le risque c’est que cette prise de conscience en reste à l’état de discours, au mieux d’études… Déjà, en matière de recommandations sur le dépistage du cancer du sein, les toutes nouvelles dispositions recommandées par l’INCa reprennent des propositions que nous avions faites. C’est un pas déterminant, dans ce domaine spécifique du cancer, pour que les pratiques évoluent à leur tour. Un autre signal récent : la Haute Autorité de Santé organise le 14 novembre prochain un colloque sur le thème « La pertinence, du concept à l'action », pertinence et qualité des soins sont indéniablement des préoccupations prégnantes pour les pouvoirs publics.

Que retenez-vous de la table ronde organisée par Prescrire à l’occasion de la remise du prix autour du thème "Agir avec les patients et les victimes des soins : pour des soins de qualité, plus sûrs" ?

Il nous semble que la prise de conscience sur l’importance d’une réflexion autour de la pertinence des soins n’est pas seulement présente au sein des autorités de santé, mais aussi (et peut-être même d’abord) chez les patients et les usagers eux-mêmes… en tout cas chez de plus en plus d’entre eux, et parmi les associations qui les représentent et qu’ils ont constituées à cette fin. « Agir avec les patients et les victimes », ça veut bien dire ce que ça veut dire : pas seulement « pour » mais « avec »… c’est bien là que se trouve la voie à suivre pour rompre avec la tradition des crises et des scandales. Et c’est aux principes de la démocratie sanitaire qu’il nous faut, tous, faire appel afin d’enfin mettre en œuvre « l’agir AVEC les patients pour des soins de qualité, plus sûrs ».

vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

autres actualités récentes