Quand et comment se préparer à l’entrée en maison de retraite ?

Maisons de retraite, ehpad

La famille Junot est de retour sur 66 Millions d’IMpatients et, cette fois, Caroline et Mathieu, le couple Junot, se soucient de leurs parents. Plus exactement, il faut qu’ils trouvent une solution pour la maman de Mathieu, Madeleine, âgée de 86 ans, qui souffre de la maladie d’Alzheimer et ne peut plus rester chez elle. Jusque-là, Firmin, son mari, était son aidant au quotidien pour assurer le maintien à domicile en plus des aides médicales journalières, mais lui-même est de plus en plus fatigué.

C’est un crève-cœur pour toute la famille, mais il faut se résoudre à envisager la solution la plus sécurisée pour Madeleine, à savoir le placement en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)… en maison de retraite, comme on dit chez les Junot.

Dans quelle ville installer Mamy Madeleine ?

Mathieu se sent complètement perdu en cherchant des informations sur les établissements situés à proximité de chez Firmin. Car le fait que Firmin puisse aller voir sa femme facilement est le critère principal dans leur choix d’établissement ! Et c’est effectivement l’un des facteurs les plus importants à prendre en compte. Il faut savoir d’ailleurs que l’on n’est pas sectorisé en matière de choix de maison de retraite, même pour les établissements publics. Par exemple, une personne âgée qui déciderait de se rapprocher géographiquement de ses enfants pour les voir plus souvent peut décider de déposer un dossier dans des établissements près de chez eux, même s’il faut pour cela changer de département. La motivation du rapprochement familial sera un atout pour obtenir une place ;a contrario, vous aurez du mal à être prioritaire dans un établissement qui vous plaît beaucoup mais qui est loin de la famille, des amis ou des habitudes de la personne âgée. Sachez également que certains établissements réservent en priorité leurs places aux résidents de leur propre commune et des communes environnantes.

Obtenir des informations sur internet

Mathieu est également très dérouté par la qualité des informations qu’il obtient sur internet. Beaucoup d’annuaires en ligne, répertoriant les maisons de retraite, semblent vivre de publicité et manquer de partialité. Heureusement, il peut se fier au site édité par le CNSA* (Caisse nationale de Solidarité pour l’autonomie) et tout simplement baptisé pour-les-personnes-agees.gouv.fr. C’est le portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches, qui aiguille les familles autant sur les possibilités de maintien à domicile que sur le placement en maison de retraite, et fait le tour de toutes les questions administratives et financières (des points sur lesquels nous reviendrons dans les semaines qui viennent sur 66 Millions d’IMpatients).

En outre, ils ont mis en place un annuaire interactif qui utilise des filtres pour trier les établissements selon leur situation géographique, leur taille, leur catégorie, le fait qu’ils soient publics ou non, qu’ils soient habilités à recevoir l’aide sociale à l’hébergement (ASH) ou conventionnés pour l’allocation personnalisée au logement (APL), ou encore le fait qu’ils assurent ou pas un accompagnement pour les malades d’Alzheimer, un critère nécessaire pour la prise en charge de Madeleine Junot…

*Le portail de la CNSA est très complet pour comprendre comment fonctionnent les maisons de retraite. Un dossier sur la préparation de l’entrée en maison de retraite sort d’ailleurs également ce mercredi 28 octobre 2015 sur le site pour-les-personnes-agees.gouv.fr et traite de la façon de choisir sa maison de retraite, des aides financières adaptées, de la demande d’admission et des détails pratiques sur l’installation comme la personnalisation des chambres ou ce que l’on peut envisager de faire de l’appartement de la personne âgée après son emménagement en maison de retraite. Des sujets du quotidien que nous aborderons également dans les semaines qui viennent sur 66 Millions d’IMpatients.

Le CLIC : centre d’informations référent et sûrement première étape dans vos démarches…

Après internet, Caroline, Mathieu et ses parents se rendent dans un Centre local d’information et de coordination gérontologique également appelé CLIC. Les CLIC sont des points d’informations locaux spécifiquement destinés aux personnes âgées et à leurs proches (trouvez le CLIC le plus proche de chez vous, toujours grâce à la carte interactive sur pour-les-personnes-agees.gouv.fr). Le personnel de chaque CLIC connait parfaitement tous les établissements de son secteur, les prix, la situation géographique, les conditions d’admission, la qualité des soins et des services, les disponibilités… Chaque centre a d’ailleurs à sa disposition un logiciel de gestion des listes d’attente. Ainsi, si la personne âgée compte changer de département, mieux vaut aller directement au CLIC concerné.

Anticiper le choix de la maison de retraite avant d’en avoir besoin…

La famille Junot se sent tout de suite rassurée au CLIC et déculpabilise un peu de devoir laisser Madeleine toute seule dans un EHPAD. Céline Guéguen, directrice de l’un des CLIC du Morbihan explique d’ailleurs que la principale difficulté des personnes âgées et de leur famille, c’est que dans 95% des cas elles auraient préféré un maintien à domicile et subissent littéralement l’entrée en maison de retraite, souvent dans un contexte d’urgence et de tension du fait des réticences des personnes âgées et de la culpabilité des enfants, voire du désaccord entre parents et enfants, entre frères et sœurs.

L’idéal selon Céline Guéguen serait quand même de visiter plusieurs maisons de retraite et de s’intéresser à la question avant d’en avoir un besoin urgent. L’option de la maison de retraite ne sera peut-être jamais nécessaire, mais si elle devait l’être, au moins les personnes âgées et les proches auront été acteurs de cette situation et non contraints par une urgence les obligeant à accepter une place qui leur convient à moitié. Céline Guéguen précise d’ailleurs que si on en a la possibilité et malgré l’urgence, il vaut mieux parfois refuser une place si elle n’est pas dans les premiers choix de la famille ; car si administrativement il est facile de changer de maison de retraite, en revanche la personne âgée ne sera ensuite plus prioritaire sur la liste de son établissement préféré. En outre, il faut noter que c’est très perturbant pour une personne âgée de changer d’environnement et de se réhabituer à un nouvel établissement, à un nouveau personnel soignant.

C’est quoi ton genre de GIR ?

Les maisons de retraite sont classées selon leur niveau de médicalisation.

  • Les établissements peu ou non médicalisés sont en fait des logements indépendants qui bénéficient de services adaptés aux personnes âgées. Il y a dans cette catégorie :
    – les logements-foyers
    – les résidences services
    – l’habitat intergénérationnel
    – l’habitat regroupé
    – les béguinages
  • Les établissements les plus médicalisées sont :
    – les EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes)
    – les USLD (unités de soins longue durée), qui sont rattachées à un établissement hospitalier.

Vous pouvez retrouver les détails et conditions d’admission de chaque type d’établissement dans la rubrique « Choisir sa maison de retraite » sur pour-les-personnes-agees.gouv.fr.

En effet le choix de tel ou tel établissement est lié au niveau de dépendance de la personne âgée, un niveau classé selon une grille appelée AGGIR (Autonomie, Gérontologique, Groupes iso-ressources). Il y a 6 groupes Iso-Ressources, dits groupes GIR. Un GIR 6 correspond à une totale autonomie, un GIR 1 correspond à une dépendance maximum et continue. Ainsi les logements indépendants avec services sont-ils réservés aux GIR 5 et 6. Pour tous les autres, l’entrée en EHPAD ou USLD est indispensable. Le GIR peut être réévalué très facilement sur simple demande car l’état de santé et de dépendance d’une personne âgée peut parfois se dégrader rapidement (plus d’informations sur la grille AGGIR ici).

Du classement GIR d’une personne âgée découlera également sa prise en charge pour l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), une aide financière accordée aux personnes de plus de 60 ans relevant des GIR 1, 2, 3 et 4. Cette aide est accordée quels que soient les revenus de la personne, et son montant sera fonction des revenus du bénéficiaire.

Là encore, les chargés d’accompagnement du CLIC dont vous dépendez sauront vous aider pour toutes les démarches concernant l’évaluation pour l’APA, mais également pour toutes les autres aides financières possibles.

Dans notre prochain épisode consacré à la famille Junot et le placement de Madeleine en maison de retraite, nous parlerons justement de son coût et de son financement, ainsi que des restes à charges éventuels et autres frais divers qui devront être anticipés.
Lire le 2e volet consacré à la famile Junot ici : Comment financer sa maison de retraite ?

 

vos commentaires

  • Franchir le cap de la maison de retraite est une décision assez difficile qui doit se faire conjointement et avec écoute.
    Il est clair que la vie en EHPAD est ressentie comme une perte d’autonomie auprès de beaucoup de monde, mais au final il n’est souvent pas possible d’envisager d’autres alternatives, et ce même si au fond ça chagrine de voir ses parents s’en aller ainsi.

    Répondre

  •  bonjour, j’ai une enquête métier a faire et j’aimerais poser mes questions à des personnes qui peuvent y répondre svp?Car je voudrais être Agent d’Accompagnement auprès des personnes âgées et des personnes dépendantes.
    Merci
    Cordialement.

    Répondre

  •  J’ai ma grand-mère qui devrait peut-être être mise dans une maison de retraite. Elle est fatiguée et je ne veux pas qu’elle ait besoin de continuer à vivre comme ça. Je vous remercie de vos recommandations. Je vais en parler avec elle pour voir où elle veut aller.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 -

autres actualités récentes