Témoignages : victimes d’un accident médical

le 28/04/2017 à 06h24

PARTAGER VOTRE COUP DE GUEULE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vos coups de gueule

  •   @ANASTASION Michel : pour toute question juridique ou sociale en lien avec votre santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30, tous les après-midi à partir de 14h du lundi au vendredi. Ou vous rendre sur le page http://www.leciss.org/sante-info-droits pour poser votre question en ligne. Bien cordialement,

  • Bonjour, J’ai adressé 1 RAR au Dr FAROUDJAT Jean-Marie pour obtenir mon dossier médical complet
    Conseils de l’ordre des médecins
    180 Bld Haussmann
    75008 PARIS
    à ce jour tjrs pas de réponse !! Que puis-je faire ? 

  •  @SANTIAGO : nous faisons suite à votre témoignage/commentaire publié ce 26 avril sur notre site 66 Millions d’IMPatients.
    Il nous semble relever du champ d’intervention de notre équipe Santé Info Droits, composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé, éditeur du site 66 Millions d’IMpatients.
    Ainsi, nous vous invitons à contactez directement la ligne téléphonique de Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 :
    – Lundi, mercredi et vendredi de 14h à 18h
    – Mardi et jeudi de 14h à 20h.
    Il vous est également possible d’exposer votre situation par courriel via le formulaire de contact dédié :
    http://www.leciss.org/sante-info-droits/formulaire-sante-info-droits
    Nous nous engageons à vous répondre dans un délai maximum de 8 jours.

  •  Suite à un grave empoisonnement du sang ma soeur a subi l'ablation de ses sondes cardiaques probablement infectées, il s'en est suivi une importante hémorragie qui a nécessité une seconde intervention chirurgicale ( ouverture du sternum ) pour évacuer le sang, les 15 longues minutes d'arrêt du coeur n'ont malheureusement pas permis au cerveau d'être irrigué en sang et oxygène. Vous pouvez imaginer les dégâts, car actuellement ma soeur est dans le coma depuis plus d'un mois !!! L'ablation des sondes n'a pas eu lieu dans les locaux appropriés ou recommandés, le protocole n'a pas été respecté, le résultat est désastreux …… Pouvez vous m'aider ????

  •  j'ai été opéré d'une tumeur à la joue droite, opération qui devait être simple mais malheureusement un canal salivaire fut coupé et pincipalement au moment des repas la salive s'évacuait par la cicatrice à l'extérieur. je fus donc opéré une seconde fois pour me placer un drain toujours sous anesthesie générale. drain qui ne fonctionera jamais. nouvelle opération fut donc decidé sous anesthésie locale. car je n"ai pas voulu être endormi totalement pour me placer un drain plat .drain qui ne fontionne toujours pas. une 4e opération est prévue cette fois sous anesthésie générale. j'ai le coeur fragile 3 anesthésies générales en peu de temps qu' en pensez-vous et est-ce qu il y a eu une maladresse du chirurchien ?

  •  Bonjour j’ai eu un accouchement par césarienne il y a 1 an !quelques jours apres des douleurs trés vives et un pubis enflammé on me laisse repartir chez moi!Suite à la visite post césarienne on me donne un traitement pour une abcédation en cours!10j plus tard douleurs ++++ odeurs+++ ventre rouge enflammé mon médecin de ville m’envoie faire une echo retrouvée anormale donc on me fait un scanner anormal!je retourne voir mon chir le meme jour et il me rit au nez en disant que je fais ma doudouille que je n’ai rien!Je vais dans un autre hopital ou on constate une endométrite ,un abcés de la paroi un isthmocele hemorragique on me fait des traitements locaux car ma vergeture éclate avec du sang noir et épais et on constate 5 germes dont staph doré!Hystérectomie programmée car douleur +++ a ce jour j’ai des douleurs neuropathiques mon médecin m’a completement négligée

  •  j'ai été victime d'une erreur médicale suite à une réduction mammaire faite au CH de la Conception à Marseille et recherche des témoignages de personnes ayant été victimes aussi de cet hôpital

  •  bonjour, il y a un an, je me suis cassé la cheville, intervention chirurgicale, et depuis j'ai toujours mal… j'ai revu le chirurgien plusieurs fois pour en parler, et il me dit que les radios sont bonnes… et que c'est à cause de l'arthrose que j'ai toujours ces douleurs…. à votre avis m'est-il possible de demander l'avis d'un autre chirurgien, tout en sachant qu'entre confrères ils n'aiment pas celà ????JE NE SAIS PAS QUOI FAIRE MERCI

  • @Lolo : bonjour, nous nous permettons de faire suivre votre témoignage, appelant une réponse, à l’équipe Santé Info Droits, composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres du membres du Collectif interassociatif sur la santé (CISS), éditeur du site 66 Millions d’IMpatients. Ils vous répondront par mail dans un délai maximum de 8 jours. Solidairement vôtre,

  •  Bonjour, je me permets de passer par votre site afin de vous exposer le cas dans lequel je me retrouve aujourd'hui. En effet en avril 2016, suite à ma visite chez mon médecin traitant pour des douleurs de dos et une demande d'examen, les résultats d'un scanner du rachis lombaire révèle en L4/L5 une volumineuse hernie discale médiane entre en contact de l'émergence des deux racines L5, ainsi qu'un débord disco-ostéophytique entrant contact de l'émergence des deux racines S1. S'enchaîne dan la foulé, la médecine douce c'est-à-dire des séances de kinésithérapie, gym hypopressive, exercices sur table à lombaire et perte de poids. Le tout y fait courant des mois de mai juin et juillet, je commence à me sentir bien mieux. Je n'ai pas pour autant arrêté les exercices puisque je me suis équipé d'une table à lombaire et continué la gym, et également bien progressé sur ma perte de poids. Vers la fin du mois d'août je commençais à nouveau à ressentir une certaine pression et lourdeur sur mon dos et le soir du 29 août, lors d'un mouvement de bassin à la descente d’un véhicule, j'ai ressenti une vive douleur dans le bas du dos qui en l'espace de 15 à 20 minutes m'a complètement paralysé, je me suis retrouvé à quatre pattes, je ne pouvais quasiment plus bouger sans douleurs extrêmes, entre-temps j'avais réussi à regagner mon domicile afin de pouvoir joindre les urgences. Ces derniers sont venus me chercher, je me suis retrouvé à quatre pattes dans l'ambulance car je ne pouvais plus me positionner autrement, directions les services d'urgence. Il est et environ 20h à mon arrivée d'après mes souvenirs. Après avoir expliqué ma situation au médecin urgentiste à mon arrivée, ce dernier a à priori diagnostiqué une lombosciatique. Après une bonne demi-heure de patience dans une des salles des urgences, j'ai demandé que l'on m'administre quelque chose pour la douleur car elle était vraiment extrême, c'est ce qu'ils ont fait y compris des anti-inflammatoires. – J'étais sonné au point que je me suis endormie après avoir passé des coups de fil pour raconter des conneries et rire -. Le but du médecin urgentiste n'était pas de m'endormir d'après ses dires… Après ce sommeil, un des médecins est venu me rendre visite afin de voir comment j'allais et si j'étais capable de me lever, mais cela n'était pas possible je n'arrivais pas à tenir debout à cause des antidouleurs et la perte significative de la motricité de mes jambes et de mon bassin. Ils m'ont laissé encore une petite heure afin de voir si je pouvais récupérer et tenir debout, c'était bien le cas, à ce moment-là il était environ 1h30 et on m'a précisé que je pouvais partir et qu'il n'y avait aucune ambulance ni véhicule sanitaire pour me ramener à domicile sachant qu'il m'était quasiment impossible de marcher correctement. Je n'avais apparemment pas le choix que de me débrouiller, je leur ai donc demandé de m'équiper d'une paire de béquilles, j'habite à 15 minutes à pied des urgences environ, il m'a remis un arrêt de travail de 8 jours ainsi qu'une ordonnance pour des antidouleurs et des anti-inflammatoires. Dans l'état dans lequel je suis sorti des urgences il m'a fallu environ 2h pour faire ce trajet d'environ un kilomètre. Je me suis dit que l’état dans lequel on « arrive » aux urgences et non le contraire. Après cette petite aventure, soit au lendemain, les ennuis ont commencé. J’ai contacté mon médecin traitant pour qu'ils viennent à la maison car je ne pouvais plus me déplacer afin d'avoir des ordonnances pour des examens complémentaires ainsi qu'un arrêt de travail. J'ai passé deux mois en béquilles et je ne pouvais plus marcher sans celle-ci. Ces deux mois-ci ont d'ailleurs été les plus pénibles car c'était une réelle lutte acharnée contre la pesanteur, une amie est venu s'installer avec moi afin de m'assister, j'ai pris également une personne extérieure afin de s'occuper du ménage ainsi que des courses, je n'étais plus capable de faire ça moi-même. Après les divers examens scanner et IRM ainsi que deux rendez-vous de suivi chez un neurochirurgien spécialisé, il m'a été diagnostiqué toujours en L4 / L5 une protrusion discale médiane responsable d'une réduction sévère du calibre du canal lombaire avec un gros fragment discal migrer exclu vers le bas venant au contact de la racine S1 droite, un œdème inter épineux en L3/L4 et L4/L5, ainsi qu'une zygarthrose bilatérale avec minime épanchement intra-articulaire. Nous sommes aujourd'hui presque fin janvier 2017 et je passe toujours mes journées allongé, la seule position qui me soulage. Les séquelles aujourd'hui sont très diverses : Perte de la sensibilité de quasiment toute la jambe droite, impossibilité de lever le pied de cette jambe vers le haut, les mouvements de hanche sont très limités à cause des douleurs, des sensations de chaud et de froid par moment avec des chocs électriques causant des douleurs qui se diffusent dans la fesse gauche et à l'arrière du mollet de la jambe gauche, ma marche est aujourd'hui limitée à environ 15 minutes sans ressentir de douleur ou sans boiter. La position assise est difficile à tenir plus d’une heure, la seule façon dans laquelle je peux tousser ou éternuer est penché en avant, voire presque accroupi. Il m’est également parfois nécessaire de m'aider manuellement afin de dégazer ou même de déféquer aisément. Au niveau du mouvement du bassin la douleur est telle que je ne peux plus avoir de rapports sexuels correctement, tout mon quotidien est significativement limité. Et je ne liste là uniquement les symptômes les plus conséquents. Le dernier rendez-vous chez le neurochirurgien datant de mi-décembre, je me suis retrouvé un petit peu au pied du mur quand celui-ci m'a dit que l'on peut réaliser une intervention chirurgicale ou bien on peut rester en mode « réduit » toute sa vie… il me précise que certains en décident ainsi par rapport à leur âge ou par crainte de l'opération. Je fais actuellement des séances de balnéothérapie et de piscine afin de temporiser, et sans amélioration sensible de mon périmètre d'activité il va falloir envisager cette intervention, que bien évidement je crains. J'ai en effet décidé de soumettre mon cas car je pense sincèrement que si j'avais été pris en charge médicalement par les urgences, que des examens complémentaires avaient été réalisés je ne serai peut-être pas dans le cas dans lequel je suis aujourd'hui. J'aurais très certainement repris mon activité professionnelle de designer dans un service d'ingénierie, et j'aurais très certainement pu reprendre toutes mes activités du quotidien. Ma première étape était celle de faire la demande de mon dossier médical complet de mon admission aux urgences de cette soirée de fin août 2016, je vous serais donc très reconnaissant de m’informer si mon cas peut relever d’éventuelles suites. Je vous remercie beaucoup de m’avoir lu, Très cordialement.

  •  Bonjour, c'est incroyable depuis 4 ans, j'entends et je lis la même chose, les associations vous écoutent et même vous reçoivent juste pour adhérer, après plus rien au téléphone pas de réponse concrète au moins pour vous diriger, j'ai cherché pendant 4 mois un organisme qui m'aide à constituer mon dossier oniam, je me suis débrouillée toute seule en étant handicapée suite à une infection nosocomiale 3 années d'arrêt de maladie puis licenciement pour inaptitude. Bref je suis très déçue de tout ce blabla mensonger. Lle crci, cci, oniam ? il y a quelque chose qui va pas c'est l'argent public qui part en fumée et les accidentées souffrent et leurs vie bascule

  • L’accident médical n’est pas toujours constitué. Vous pouvez errer des mois et des mois de spécialistes en spécialistes, et si en suivant tous les conseils médicaux vous avez consulté un psychiatre,  il n’y aura pas beaucoup de spécialistes pour rechercher une « autre voie » . De même si vous avez vu de « nombreux médecins » (maladie rare).
    Dans ce cas vous êtes victime, pas soigné pendant longtemps, et tant que vous n’êtes pas mort (le handicap ne sera pas reconnu si le « monde médical » ne reconnaît rien) , quelle est la voie (voix) du patient pour faire reconnaître par des experts (médicaux donc) son véritable préjudice ?

  • @zablot : pour toute question juridique ou sociale en lien avec votre santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30, tous les après-midi à partir de 14h du lundi au vendredi. Ou vous rendre sur le page http://www.leciss.org/sante-info-droits pour poser votre question en ligne.

  • J'ai subi une intervention chirurgical d'un prolapsus par voie base avec plaque et filet en mai 2013 par un gynécologue cette opération a mal tourné pendant j'ai eu pendant 19 mois des gros problèmes toute les analyses d'urines était mauvaise je faisais sur mois je ne pouvais plus m'assoir aucun urologue voulaient m'entreprendre et il se trouve que en décembre 2014 un urologue de la clinique ou je me suis fait opéré à bien voulu m'entreprendre cette urologue m'a dit c'est une honte vous avez la plaque qui a incéré la vessie sur ce il m'a entrepris mais je dois dire que si cette urologue ne m'avait pas entrepris je n'avais personne d'autre il m'a très bien opéré sauf que je demande un dommage intérêt de cette opération qui m'a fait souffrir pendant 19 mois et je me suis adressé au CCRI de Nancy qui eux ont donné raison au gynécologue malgré tous les courriers que j'avais de mon urologue indiquant tout se qu'il avait trouvé lors de l'intervention en décembre 2014. Que dois-je faire, à qui m'adresser pour une indemnisation en temps que préjudice de la douleur et tout se que ça m'a couté au sein de mon entourage je n'ai pas les moyens de payer un avocat je ne touche que 823 euros de retraite. voilà, je vous remercie de bien vouloir me donner la bonne voie à suivre pour cette opération de mai 2013 qui à été un échec.

  • @Claudine Bertou : vous pouvez appeler Santé Info Droits, la ligne du Collectif Interassociatif Sur la Santé, pour toute question juridique ou sociale en lien avec la santé. Joignable du lundi au vendredi à partir de 14h au 01 53 62 40 30. Bien cdt.

  • Bjr, Je vous contacte pour ma mère. Elle n'a jamais revu son généraliste après son HAD. On ne l'a jamais revu pour faire simple, ma mère a été mal suivie pour sa retraction tendineuse il y a 5 ans. Cdt 

  • @Anastasion Michel : nous avons fait suivre votre demande à notre équipe de juristes Santé Info Droits, la ligne du Collectif Interassociatif Sur la Santé pour toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, qui vous apportera une réponse sous 8 jours. Vous pouvez aussi appeler Santé Info Droits, si vous souhaitez une réponse plus rapide : joignable du lundi au vendredi à partir de 14h au 01 53 62 40 30.

  • Pour couvrir erreur de son ami kiné sur ma personne, mon généraliste m'a soigné pour de l'arthrose que je n'avais pas pendant + deux ans, à cause de l'erreur du Kiné qui n'avait pas été soignée, j'ai perdu le contrôle de ma voiture et percuté le pilone électrique, j'ai passé le scanner qui a détecté l'erreur du kiné, ne sachant + quoi faire mon généraliste m'a fait poser une prothése totale de genou pour une simple douleur et maintenant j'ai l'autre genou qui s'abime également, que puis-je faire, mon généraliste m'a volontairement handicapé à vie !!!!!!!

  •  @Bagard
    L’association à laquelle vous faites allusion ne nous dit rien spécifiquement, mais vous pouvez :
    1/ contacter l’AVIAM (www.aviamfrance.org) ou le LIEN (www.lelien-association.fr), deux associations membres du Collectif Interassociatif Sur la Santé et qui informent les personnes ayant été victimes d’accidents médicaux.
    2/ Contacter la ligne d’information juridique et sociale du Collectif Interassociatif Sur la Santé, Santé Info Droits (www.leciss.org/sante-info-droits).

  • bonjour je sais pas si je suis au bon endroit, si on va pouvoir me renseigner. voilà j 'ai subi 2 chirurgies réparatrices suite à une perte de poids le chirurgien a fait de mon corps une boucherie. Celui ci n'a plus le droit d'exercer pour une faute médicale. J'ai appris récemment qu'une association s'etait monté contre lui et je sais pas du tout comment faire pour la trouver. Auriez-vous une idée à qui je dois m'adresser. Merci de votre réponse. cordialement

  • Suite à une intervention de type longo, mon fils s'est retrouvé complètement bouché à la limite de l'occlusion. D'après le chirurgien qui l'a opéré tout allait bien malgré qu'il a dû le consulter une première fois avant la date prévue.

  • @Jerôme TURPIN : vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits du Collectif Interassociatif Sur la Santé (éditeur de 66 Millions d’IMpatients) au 01 53 62 40 30 (joignable chaque après-midi du lundi au vendredi, à partir de 14h, appel non surtaxé au coût d’une communication normale) ou via le formulaire disponible en ligne http://www.leciss.org/sante-info-droits

  • Après une erreur de diagnostic, on m'a enlevé un bout du pancréas ; aujourd'hui je me retrouve avec le diabète, que puis-je faire pour avoir réparation ?

  • bonjour, suite a une fibroscopie ou une bactérie dans l'estomac (l'helicobacter pylori ) a été découverte, le médecin de l' hôpital m'a prescrit un traitement antibiotique à base de d' AMOXICILLINE (famille de la pénicilline) alors que je l'avais prévenu de mon allergie à la pénicilline à l'entretien avant l'opération ! résultat choc anaphylactique aux urgences de l'hôpital et deux jours au service réanimation en surveillance. Depuis aucunes nouvelles du médecin…

  • bonjour mon amie a "t" operée du canal carpien et du coude bras gauche sous anesthesie locale le 24 février. Une semaine plus tard elle avait beaucoup de mal à respirer et mal dans le dos, on la conduit aux urgencex et on lui a fait une radio des poumons. Résultat, le poumon a été percé par l'anesthésiste, elle a fait un pneumothorax, le poumon est complètement decolé sur sa totalité, elle se trouve en ce moment en soins intensifs à l'hôpital de Carhaix Plouguer. Pouvez-vous me dire si c'est une erreur médicale. merci

  •  @ Ben Smail : le médiateur de la République n’existe plus, mais vous pouvez vous rapprocher du Défenseur des Droits : http://www.defenseurdesdroits.fr. Autrement, vous pouvez contacter les écoutants juristes spécialisés de notre ligne Santé Info Droits. Ils peuvent vous apporter gratuitement des informations juridiques individualisées en lien avec votre problématique de santé. En leur écrivant à santeinfodroits@leciss.org, ils vous répondront dans un délai de 8 jours. Si votre question nécessite une réponse plus urgente, n’hésitez pas à prendre contact directement avec eux par téléphone au 01 53 62 40 30 les lundi, mercredi et vendredi de 14 à 18h et les mardi et jeudi de 14h à 20h.

  •  Merci de me donner les coordonnées d un médiateur de la republique pour les accidentés médicaux
    pour exposer mon problème quand à la lenteur du traitement de mon dossier auprès du cri.
    Très cordialement
    Mme ben smail

  • @Jose Carlos Goulao Dos Santos : vous pouvez appelez Santé Info Droits, la ligne du Collectif Interassociatif Sur la Santé pour toute question juridique ou sociale en lien avec la santé. Joignable du lundi au vendredi à partir de 14h au 01 53 62 40 30.
     

  • jose carlos goulao dos santos

    le 28/01/2016, à 11:56

    Bonjour. Après le rapport du chirurgien que m'a opéré en 2015 pour le bras droit de la deuxième fois; que le chirurgien qui me opéré en 2012 a fait une grave erreur n'a pas vu le nerf coupé cinq moi aprés l accident du travaille se possible de faire la réparation; deux ans aprés nom; me fé une dissection;isolement;ligature et enfouissement en profondeur du nerf (à l intérieur du corps musculaire du court supinateur) en 2012 la cpam m'a donné 8,00% d'incapacité permanente; peut me dire se le chirurgien peut étré responsabilité ? merci

  •  Bonjour,
    j’ai publié un livre sur Amazon : Les Rayons de l’Infortune qui est un témoignage, cancer du poumon chez un non-fumeur traité par chimio et
    radiothérapie… avec erreur de latéralité. Merci de le lire. Cordialement

1 -