Témoignages : victimes d’un accident médical

le 23/02/2019 à 13h20

PARTAGER VOTRE COUP DE GUEULE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vos coups de gueule

  •  bonjour, je souhaite faire partager mon aventure. Suite à une mauvaise information et au laisser aller de la maternité où j'ai accouché je me retrouve avec beaucoup de séquelles autant physique que psychologique. lors du travail assez long les sages femmes viennent m'informer que je dois descendre au bloc pour une césarienne car il y a stagnation. mais ne reviendront que trop tard, il faut accoucher par voie naturelle et ce qui ce compliquera car il y aura hémorragie, épisiotomie en 3 pans… mon bébé sous couveuse… enfin tout ça pour dire que j'ai eu le muscle découpé, des nerfs qui ne fonctionnent plus. et d’après la commission de conciliation la faute de l’hôpital ne peut être retenue. je sors de cette salle d'accouchement handicapée en 1ere catégorie, mais ceci n'est de la faute de personne car c'est un risque…. je suis pas d'accord, ils avaient dit césarienne, ce qui aurait tout changé… j'avais besoin de partager ce coup de gueule. merci et bonne journée ;')

  • webmaster 66MImpatients

    le 02/01/2019, à 11:21

     @BERGER : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou en ligne en vous rendant sur la page http://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits

  •  Bonjour, j'ai été opéré de la cheville droite en octobre 2017 à peine arrivé, en avance, à l'accueil j'ai été dirigé vers le service, accueilli dans une chambre dont un lit était occupé, on m'a demandé de me changer rapidement "on m'attendait en salle d'opération", je n'ai eu droit qu'à un badigeonnage rapide de la cheville, puis j'ai dû parcourir une partie du couloir et un escalier d'un étage avant d'arriver directement à la porte de la salle d'opération (chaussé uniquement avec les protections papier), une fois dans la salle on m'a demandé de monter sur un chariot. Quelques jours après j'ai constaté une très forte inflammation, j'ai pris un RV d'urgence avec le chirurgien, et j'ai dû être réopéré. Il ne pas pas été donné d'indication particulière, la prescription "d'augmentin" n'a pas enrayé cette inflammation qui a repris, lors de la consultation de contrôle avec un chirurgien remplaçant, celui-ci m'a simplement dit qu'il s'agissait d'un cas fréquent, ayant réussi a obtenir l'analyse biologique réalisée lors de la deuxième intervention j'ai appris que j'avais contracté un "staphylococcus aureus". Toujours avec une prescription d'augmentin qui ne donnait pas de résultat, je me suis adressé à mon médecin traitant qui m'a prescrit avec succès du pyostacyne. Depuis je souffre d'oedèmes permanents, de douleurs récurentes dans l'ensemble du pied. Je voudrais savoir quelle peut être mon action face à ce que je considère comme un manque évident à la procédure d'hygiène avant mon intervention. merci pour votre réponse

  • Bonjour j’aimerais avoir des avis de vécu sur l’instructions quand on dépose un dossier à l’oniam Je vous explique notre situation. Ma femme se blesse au boulot elle était auxiliaire de vie à domicile Le 04 août 2016 jour de l’accident ma femme se rend au urgence on lui diagnostique une entorse du genou gauche suite à des douleurs notre médecin nous dirige vers un spécialiste en clinique privée suite à cette consultation on lui diagnostique une maladie congénitale de naissance les irm passe montrent qu’il n'y a aucune maladie congénitale deux mois après le chirurgien décide d’effectuer une tta le 16 octobre et nous affirme noir sur blanc que ma femme reprendra son activité début janvier l’interventien et effectue le 16 octobre 2016 plusieurs mois passent et toujours des douleurs horribles et je vous passe les détails 5 mois plu tard notre médecin de famille nous fait consulter un autre chirurgien pour un second avis là le chirurgien est clair et nous dit mot pour mot "je passe pas après un marchand de tapis" super pour le moral mais bon nous ne baissons pas les bras après deux mois de recherche nous trouvons un nouveau chirurgien institut callot l’ablation des vis a été faite en urgence l’emg montre un soucis nerf sciatique poplité externe de touche atrophié du quadriceps 1 septembre 2017 les vis sont retiré de plus les vis étaient trop longues et partie saillante après la rééducation toujours pas d’amélioration en vue de ça nous déposons un dossier à la mdph parcours de soins orientés vers la médecin de la douleur car chirurgicalement aucune possibilité hospitalisation de 1 semaine avec batterie de tests pose d’un neuro stimulateur en externe sur la face latérale de la jambe et application d’un patch Qtenza pour désensibiliser la jambe novembre 2018 retour de la décision de la mdph reconnaissance entre 50 et 79% on nous accorde les cartes de stationnement de priorité et précise que la station debout reste pénible et qu’un accompagnement n’est pas à exclure aucune compensation ni d’aménagement alors que sur leur conseil nous avons été consulter un médecin pour la validité de son permis qui a éte retiré en boîte manuelle une expertise judiciaire a été effectuée le rapport montre du doigt l’anestesiste et met hors de cause le chirurgien aujourd’hui j’ai contacté l’oniam pour voir l’avancée du dossier on me dit que c’est en cours de rédaction on m’a bien sûr invité à attendre le courrier envoyé en recommandé mais quand j’ai dit que je venais de recevoir le compte rendu du neurochirurgien on me répond envoyer le courrier on réajuster notre dossier mais le courrier part quand même que cela signifie que la demande et recevable et savoir l’es suite si le médecin de recours que j’ai pris pour la première expertise serait-il aussi là car là nous sommes dans une situation catastrophique ma femme toujours en accident de travail alors que son cdd est terminé depuis janvier 2017 les médecins ne veulent pas l’arret La pose tous les deux mois d’un patch Qtenza et vers juin 2019 nouvelle hospitalisation pour envisager la pose du neuro stimulateur en interne. Moi, j’ai aussi perdu mon emploi, nous avons 3 enfants avec ma femme plus ma fille qui est arrivée chez nous suite à des violences donc psychologiquement nous sommes servis. De plus nous avons pour ainsi dire très peu de revenus, nous avons perdu 20000€ par an. Quelqu’un pourrait t’il nous faire part de son expérience sur cette procédure ? je vous remercie d’avance

  •  Reveil de coma de 40 jours infection pulmonaire , infection clostridium dificille , puis subit arrachement sonde sexuelle douleur atroce uriner du sang corde vocale paralyser suite tubage puis langue paralyser, ainsi que la narine gauche sonde sortie hopital sans aucun traitement urinaire infecter uriner du sang

  • Bonjour, J’ai 52 ans et j’habite Vallauris dans les Alpes-Maritimes. En mars 2017, grâce à la perspicacité de mon endocrinologue que j’étais allée voir pour des problèmes d’effets secondaires suite à ma mise en ménopause artificielle pour endométriose, j’ai découvert que j’avais un cancer de la thyroïde stade 6 sur 6. Elle a insisté pour que je refasse une échographie et éventuellement des ponctions de ganglions / nodules au niveau de ma thyroïde chez son échographe à Cagnes-Sur-Mer. J’ai été d’autant plus surprise du diagnostic que je faisais chaque année des échographies pour vérifier ma thyroïde (nodules). – conclusion de l’échographie en octobre 2014 : « Thyroïde nodulaire » (imagerie médicale à Vallauris). – conclusion de l’échographie en août 2015 : « Stabilité des lésions par rapport à octobre 2014 (à contrôler dans 6 mois en échographie ou éventuellement à ponctionner les deux nodules calcifiés à droite) » (imagerie médicale à Vallauris). – conclusion de l’échographie en juin 2016 : « Thyroïde de volume normal, pluri nodulaire connue. Au niveau du lobe gauche tous les nodules sont de type kystique ; le plus gros partiellement cloisonné mesure 24 mm et un nodule solide de 4 mm. Au niveau du lobe droit, deux nodules de 7 mm partiellement calcifiés, d’aspect stable depuis 2014. A noter la présence de nombreux éléments ganglionnaires, quelques uns partiellement calcifiés du côté droit à surveiller » (imagerie médicale d’Antibes). L’écographe m’a dit textuellement : refaîte un contrôle l’année prochaine » !!!
    – enfin conclusion de l’échographie du mois de mars 2017 : « Métastase ganglionnaire d’un adénocarcinome papillaire de la thyroïde » (imagerie de Cagnes-Sur-Mer). Sachant que le cancer de la thyroïde est le cancer qui évolue le plus lentement, il s’avère qu’il a évolué depuis plusieurs années et que personne n’a rien vu. Je n’ai plus de thyroïde et j’ai encore un problème certainement de petites métastases encore non localisées ! Des amis m’ont dit de ne pas en rester là mais je ne vois pas trop ce que je peux faire !

  • le 14/11/18 j ai bénéficié d une opération de la deuxième chance (triple fracture cheville mal opérée une première fois ) Or ce jour là, le chirurgien était en état d ébriété et le CH l a laissé opérer!!!
    Il a changé de technique opératoire sans mon accord et je ne sais rien de ce qu il a fait :aucune visite post op ni compte rendu….que faire?

  • webmaster 66MImpatients

    le 15/11/2018, à 12:26

     @COUVREUR : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou en ligne en vous rendant sur la page http://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits

  •  Le 27 mars 2018, j'ai subi une Sleeve. Le même jour je suis redescendu au bloc pour hémorragie (des agrafes avaient lâchées). Cet incident a abouti sur un infarctus, un œdème pulmonaire et à un comas avec la possibilité de partir définitivement. Je suis resté un certain temps aux soins intensifs. Je suis rentré chez moi avec un traitement au niveau des drains par une infirmière à domicile. A un moment donné, l'infirmière après prise de température et un constat de faiblesse intense de ma part, elle conseille en urgence de rentrer à l'hôpital. Constat d'une infection aux niveaux de l'opération et des drains. Mise sous perf pendant 3 jours d'antibiotiques. Je suis à nouveau rentré chez moi. Mais ce n'était pas fini. Au mois d'août dernier, je suis rentré à nouveau aux urgences avec un taux d'hémoglobine de 5. Je vomissais du sang par la bouche et par les scelles. Arrivé aux urgences, on m'a passé une fibroscopie qui a constaté qu'à nouveau 2 agrafes avaient lâchées, d'où cette hémorragie. Je suis ressorti des urgences avec un taux d'hémoglobine de 9. Depuis début septembre j'ai repris mon travail, mais je suis toujours fatigué et choqué moralement. J'ai salué le Seigneur, 3 fois de suite et je pense que c'est trop. Je viens de voir le médecin du travail et il voulait me mettre en invalidité. Pour moi, c'est à nouveau un constat d'échec. Je souhaite vraiment poursuivre l'hôpital pour négligence. De quelle façon puis-je m'y prendre ? Quelles démarches je dois mettre en place ? Par avance merci. Cordialement.

  •  Bonjour
    j’ai été opéré pour la pose d’un prothèse totale de la hanche.
    le chirurgien a coupé en deux fois la tete de l’os en emportant la seconde fois le grand trochanter.
    depuis le moyen fessier et a zero puisque il est coupé de ses fonctions.. et de plus ma jambe opérée a 21mm plus grande..
    je suis très embêtée quotidiennement pour tout, m’habiller, marcher, etc etc… toute ma vie a basculer
    et en plus de çà le chirurgien m’avait rien dit… et rien ecrit dans le rapport d’op »ration et d’hospitalisation.
    il avait tout caché…

  •  ECHEC OPERATION DUPUYTREN

  • webmaster 66MImpatients

    le 31/08/2018, à 16:31

     @MARIE : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou en ligne en vous rendant sur la page http://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits. Nous avons pour l’heure fait suivre votre contribution à notre équipe Santé Info Droits, afin qu’une réponse (sous 8 jours) vous soit apportée. Cordialement,

  •  Bonjour, je prends du Deroxat depuis plus de 10 ans. Mon assurance me dit que ce n’est pas un traitement préventif, et ne veux pas m’assurer. Pouvez-vous me confirmer ses dires ? Merci.

  • webmaster 66MImpatients

    le 24/08/2018, à 14:12

    @JEAN-LUC : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou en ligne en vous rendant sur la page http://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits. Nous avons pour l’heure fait suivre votre contribution à notre équipe Santé Info Droits, afin qu’une réponse (sous 8 jours) vous soit apportée. Cordialement,

  •  Bonjour, suite à une intervention par un orl, pour des sinusites à répétition. j’ai était opéré en décembre 2017 à Lyon, pour une cloison dévié et polypes. Les suite de l’opération sont plutôt désastreuses. je refait un scanner 9 mois après et surprises tout est boucher! Je vois un autre orl sur Paris, un professeur, qui me confirme que mon état est plus que préoccupant, il me manque pas 1 cm mais 5cm sur 3cm de cloison nasal, que selon lui c’est irréversible etc… Me souhaitant bien du courage, car je deviens sourd, fatigué et pris de maux de tête tous les jours… Selon vous est-ce une erreur médicale ou une faute médicale? Car mon orl je l’ai revue bien sûr pour lui demander! et a mainte reprises! Pour lui tout va bien. Sauf que non, je ne respire pas vraiment. vais-je obtenir réparation? et par quelle organisme, Merci Jean Luc.

  •  je me nome x j’etais venue au service d’urgence pour suspetion de plebite ou autre car j’avais une oeudeme bien vu sur les deux membre inferieur il m’ont hospitalisé en neuro au lieu de la neuro chirurgie soit disont c’etait le weekend et il m’ont attacheé de force avec 3 mecc de la securite uninfermier et aide soignante tout ça pour j’avais l’intention de partir a 5 h30 du matin alors que je suis libre de faire ce que je veut agéé de a 45 ans ils m’ont inocculée deux injection une par force dans l’assenceur et la 2em, une fois arrivée dans une chambre de neuro je crieé pour pour qu’il me detache j’appeler le smedecin les gens qui passer devant moi qui me prener pour une malade mentale c’est ce qu’il voulai que les gens sache que je suis une folle et il en ecrie dans un rapport que je suis une psychotyque et sxisofrenienne et en m’an donner de la clorazapine tout ça car au moment de l’hospitalisation j’avais atraper une crise d’hasme et en m’a laisser vace ma crise 1heure a tattendre soit disont l’interne pour authorisé la fameuse inferieure a m’injecter un cortticcoide ou autre te pour avoir dit que je le denoncerais ce cet ineterne car je suis arriver a la fin de mon souffle tomber dans le couloir dite moi que faire a qui ecrire les faire passer tous en justice ???

  •  Bonjour, j'ai été victime d'un accident non fautif et d'une importante négligence qui a bien failli me coûter la vie,au mois de mai 2017.. je ne citerai pas le nom car nous sommes passés en référé devant le juge de grande instance tout récemment et la procédure d'expertise est en route.. si nous ne négocions pas à l'amiable dans ce cas la télévision et les journaux seront mon porte parole.. voilà ce qu'il m'est arrivée… le 4 mai 2017 mon docteur traitant m'envoit aux urgences pour examens niveau colon car j'ai des douleurs qui lui laissent penser que cela vient du sigmoide, suite à une échographie de faite on me trouve muti kystes ovariens gauche donc rien de grave, le gynécologue m'opère donc le lendemain sans aucune autres alternatives thérapeutiques ça c'est le 5 mai .. tout se passe bien sauf que les douleurs post opératoires sont toujours assez intenses .. les infirmières me disent tout est normal cela va passer .. le lendemain où je dois sortir donc le 6 mai ça ne va toujours pas, je fais de la fièvre sous algique et du liquide sort par l'endroit où l'on m'a enlevé la médiane la veille.. mais toujours tout va bien c'est normal.. le 7 mai mon état se dégrade fièvre écoulement par la médiane mais toujours rien les infirmières et le docteur me disent de ne toujours pas m'inquiéter.. le 8 mai une prise de sang m'est faite je suis en infection majeure (péritonite) mais ça je ne l'ai su que bien plus tard sur mon dossier médical… la journée se passe avec de violentes douleurs et le docteur me dit aujourd'hui c'est férié le scanner est fermé nous ferons tout les examens nécessaires demain 9 mai.. sauf que plus tard en fin d'après- midi j'appelle une infirmière car je me sens mourir et une odeur d'excrément me remonte dans le nez.. enfin l'alerte est donnée, un scanner me sera fait est je vous passe beaucoup de détails mais je suis réopéré en urgence mon intestin est perforé et fuit depuis 3 jours suite à l'intervention… je suis donc reprise en urgence pour un double nettoyage péritonéal (on m'a ouvert le ventre de bas en haut) et la pose d'une stomie pendant 8 semaines ..je sortirai d'hospitalisation le 19 mai ..une coléoscopie me sera faite pour voir si j'ai fait une diverticulite sauf que je n'ais pas de diverticules.. le jour de la continuité le 17 juillet on s'aperçoit que l'infection m'a provoqué une importante déhiscence de la paroie abdominale il faudra donc 3 mois après en octobre me réopérer pour la pose d'une plaque intrapéritonéale.. sauf que suite à celle-ci en novembre post opératoire j'ai fait une infection qui a contaminé la prothèse et, comble de tout, bien sûr il faudra me la retirer sous quelques mois car cela ne guérirait jamais .. j'ai changé de lieu hospitalier car j'y serais encore puisqu'ils voulaient me retirer la plaque .. me laisser en éventration .. et remonter une nouvelle plaque d'ici 6 ou 8 mois .. mais bien sûr et à la sortie cela recommence et c'est l'histoire sans fin quoi !!!! bref je suis donc réopéré pour la 5 ème fois pour la pose d'une prothèse intrapéritonéale mais cette fois résorbable pour éviter que l'abcé que j'avais fait .. aujourd'hui 2 juillet je suis enfin sortie d'affaire .. je suis invalide 2ème catégorie .. j'étais ostréicultrice .. aujourd'hui j'attends réparation.

  • webmaster 66MImpatients

    le 03/04/2018, à 17:23

     @lefort : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou en ligne en vous rendant sur la page http://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits

  •  bonsoir, il y a 4 ans j'ai eu une TTA du genou gauche, depuis j'ai des difficultés à marcher, je ne peux plus faire de vélo, descendre les marches, je sors d'une consultation chez un autre chirurgien, il me dit que cette intervention n'avait lieu d'être et qu'elle ne se pratiquait depuis longtemps, mon 1er chirurgien me disait trop jeune pour une prothèse, le second me dit que la meilleure solution aurait été de me mettre une prothèse vue qu'elle ont une longivitée de 30 ans!!! comment faire pour faire valoir cette erreur de jugement diagnostique !!! j'attends votre réponse cordialement

  •  vivre une erreur n’est pas facile, après une opération simple d’après les experts le chirurgien a perforé l’intestins ce qui a entrainé bien des complications, tout d’abord 7 jours de coma, 54 jours de REA et en 2 ans 12 interventions souvent en urgences, bien sur j’ai voulu comprendre et me reconstruire et le chirurgien a reconnu sont acte ce qui fait du bien a la victime que je suis. après une première C.C.I. et 4 expertises l’assureur devais m’indemnisé mes perte financières. sauf que malgré la première décision de la C.C.I. comme je n’était pas consolidé il attende la deuxième décision qui devrais avoir lieu en juin ou juillet !!! l’expert a reconnue que je ne pourrais plus pratiqué mon métier. pour finir je me retrouvé dans l’attente du bon vouloir de l’assureur (double peine ) alors que les personnes qui on déjà vécu cela me dise comment il en sont sorti Merci

  • suite à un gros problème médical !! un recours auprès de la CRCI qui après trois expertises contradictoire (et 15 mille € d'avocat et experts) malgré des incohérences dans le dossier la CRCI nous déboute et de plus sans recours possible auprès de l'ONIAM ??? (je suis depuis handicapé a 80%) mon épouse a fait un burn, mes filles on souffert psychologiquement … comment peut-on se défendre si les médecins et avocats se protègent et s'arangent entre eux ??? car le préjudice est trop coûteux !! guillaume

  •  @Shondra : pour obtenir une information individuelle sur toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 (chaque après-midi à partir de 14h, du lundi au vendredi) ou par mail en vous rendant sur la page http://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits

  • Une intervention faite à l'aveugle. J'ai un anneau gastrique placé depuis 2000 en métropole. 16 ans s'écoulent, j'aurais dû avoir une fibroscopie pour connaitre l'état de mon estomac et de l'anneau. Le petit boitier placé sur le côté c'était retourné, le chirurgien m'a tout simplement proposé de le remplacer. Après avoir remplacé le boitier, il a resserré l'anneau à 2 CC avant de refermer. Je ne pouvais plus rien avaler une fois rentrer chez moi. J'ai été obligé de revenir aux urgences pour faire desserrer. Étant un peu sceptique sur cette intervention, j'ai mis du temps pour retourner vers le chirurgien, qui m'a annoncé lors de cette visite qu'il faudrait faire une fibroscopie. Le résultat était que l'anneau n'était plus en place, celui-ci était placé au-dessus de l'estomac donc ne sert plus à rien. J'ai vu un autre médecin qui me propose de l'enlever. Aujourd'hui j'estime que j'ai eu une intervention chirurgicale à l'aveugle, une intervention qui ne sert à rien, seul le médecin à bénéficier. Que puis-je entreprendre comme action?

  • Rapports demandées au service qualité de l’ hôpital civil :
    Mon fils a eu un Infarctus du myocarde Samedi 18.03.2017
    Appel du Samu à 16 h 59 – Arrivée à 17 h 21 – Hôpital à
    19 h 05. distance d’environ 20 Km. Pourquoi pas d’hélico ?

    Pose canules et stents d’assistance circulatoire à 20 h 40.
    de type ECMO veino artérielle.

    Le 22/03/2017 Scanner du corps entier, suspicion d’ ischémie
    membre inférieur gauche ou se trouvent les canules. RAS…..

    Le 24/03/2017 Constat que les canules sont placées à l’envers….

    Réadmission en chirurgie (bloc opératoire) pour remplacer les canules et stents cette fois ci
    à l’endroit (enfin j’espère)( après 20 heures).

    Le 29/03/2017 Décès de mon fils à 48 ANS avec un enfant de 10 ANS.

  •  @DOMANGE : pour toute question juridique ou sociale en lien avec votre santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30, tous les après-midi à partir de 14h du lundi au vendredi. Ou vous rendre sur le page http://www.leciss.org/sante-info-droits pour poser votre question en ligne. Bien cordialement,

  •  victime dune erreur de diagnostic, entrée aux urgences dans un hopital privé à paris le 26/12/2014 vers 17 heures; et j'en suis sortie le 27/12/2014 vers 6 heures, comme diagnostic une parotidite avec comme médicament alfagan et augmentin et j'ai pris le taxi sachant que j'avais du mal à marcher. Le 28/12/2014 chez moi je tombe par terre et je ne pouvais plus prendre une chose de la main gauche. Mon épouse appel le samu, je faisais un avc.Amener directement à l'hôpital aphp à paris, 3 semaines de soins intensifs. Un an et demi d'arrêt de travail, inscrit à la mdp et maintenant je travaille à mi temps et inscrit à la cramif invalide 2eme catégorie.séquelles carotide bouchée, vertige et fatigue. Le plus dur de cette histoire quand je suis rentré aux urgences le 24/12/2014 hôpital privé pour soit disant une parotidite le médecin urgentiste note bien sur l'histoire de la maladie en parlant de mon cas, le patient présente une mauvaise élocution,bouche à travers et faiblesse du membres supérieur gauche, cherchez l'erreur. Donc en ce moment j'ai du avancer 10.000 euros pour un avocat,expert et contre expert, et un sapiteur opthalmo. J'ai bien compris c'est le pot de terre contre le pot de fer. Bien entendu au travail je suis le plus heureux et aussi mis au placard, j'arrive à l'âge de 62 ans, mais je comprends pas pourquoi tant de temps.Si vous avez des conseils à me donner, je suis preneur.vous remerciant à l'avance philippe

  •  mon épouse est décédée ans une clinique hors norme, l'affaire est en justice toujours, plusieurs mises en examens, anesthésiste, chirurgien, directeur de la clinique, l'assistante opératoire

  •  bonjour, suite à une piqûre d'aclata, traitement pour l'ostéoporose mon chirurgien dentiste me propose de refaire 2 dents avec couronne et sur pivot, cette personne me voyant sceptique, me montre une radio de ma mâchoire qui d’après elle était infectée, un écran placé dessus le fauteuil, je voyais des tâches sur cette radio, donc j'accepte, elle entame et m'explique le déroulement, mais au bout de 3/4 d'heure elle n'arrivait pas à l'enlever, elle commencait à s"énerver en me blessant avec la roulette la joue, la langue, et la lèvre, elle demande à sa secrétaire assistante de l'aider et lui dit bon, je vais prendre le lapidaire, en 10 mn la couronne était partie, puis elle recommence pour le pivot, il ne part qu'a moitié, elle me dit qu'elle ne peut rien faire pour moi, elle me fait sur le champs une lettre pour le stomatologue de l’hôpital en urgence, elle lui envoie les radios en urgence par mail, celui-ci me renvoie à la radio de contrôle, il avait des doutes, qui se sont confirmés, ma mâchoire est intacte ainsi que les racines dentaires, pas de trace de maladie, il me dit je ne vais pas ouvrir la mâchoire, pas question, non non et non je refuse je lui écris et lui propose de raboter la dent, il me demande se qu'elle pense faire je réponds qu'elle voulait me faire un bridge, il dit rien il reste pensif, et me confie ma radio panoramique ,je m'aperçois que ce n'est pas ce que j'ai vu au cabinet, elle part en vacances pour 3 semaines et me demande de lui laisser un message du résultat, elle me rappelle sur mon portable, et me déclare venez je vous prendrai le 28 août après votre mari, il y en a pour 10mn, et m'annonce qu'elle ne peut plus rien faire pour moi, résultat elle m'a enlevé une dent dévitalisée en bon état sur une mâchoire saine, et qui avait 35 ans, elle m'avait fait le devis pour les 2 dents, le stomatologue était furax, car elle reportait son erreur sur lui, pour finir mon époux perd son bridge de 4 dents elle lui coupe l 'appareil lui recolle sur 1 dent, le 28 août elle lui enlève la dent cassée en deux, et lui déclare je ne peux rien faire pour vous !!!!!!! donc il reste un emplacement vide de 2 dents ,!!!!!! je sais au fond de moi qu"elle nous a manipulés, je dirais même maltraitance sur personnes âgées vulnérables ?????????

  • @Mme Rousseau : nous faisons suite à votre témoignage publié ce 17 juin 2017. Il nous semble relever du champ d’intervention de notre équipe Santé Info Droits, composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de France Assos Santé, éditeur du site 66 Millions d’IMpatients.
    Ainsi, nous vous invitons à contactez directement la ligne téléphonique de Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 :
    – Lundi, mercredi et vendredi de 14h à 18h
    – Mardi et jeudi de 14h à 20h.
    Il vous est également possible d’exposer votre situation par courriel via le formulaire de contact dédié : http://www.leciss.org/sante-info-droits/formulaire-sante-info-droits

  •  Bonjour, victime d'une plexite radique suite à des traitements d'un cancer du sein, je galère pour essayer d'obtenir réparation ne bénéficiant pas de la loi kouchner que me conseillez vous? Que puis-je faire pour obtenir réparation ? MME ROUSSEAU

  •  Gros coup de gueule de souffrances et d'injustice ……il n'y a pas de JUSTICE !!! en 2007 j'ai subit la pose d'une PTG en suis ressortie complètement estropiée …..Réopérée en 2008 pour rien !! vu six chirurgiens qui devant l'ampleur des dégâts et ne voulant pas se "" mouiller "" ont eu pour réponse == allez voir un psy ?? ben voyons !! en 2011 vu un autre chirurgien sans espoirs , celui-ci a été horrifié par l'état de ma jambe , aux vues des radios == rotule trop grosse , plateau tibial dévié de + de 23 ° , tibia plus de 12 ° vers l'exterieur , pied tournant vers la gauche ….A tout refait mais je reste handicapée à vie !! deux expertises """ CRCI "" du pipo !! la deuxième pas mieux , n'ayant que le droit de me taire !! six ans de procédure avec aide juridictionnelle ; on m'a bien fait comprendre que les avocats ne se foulaient pas avec cette aide !! …..mon handicap sévère ne les as point touchés ……réponse == petite maladresse du chirurgien alors que ma vie a été anéantie !! évaluation de celle-ci à 9000 EUROS pas chère pour une vie !! six ans de procédure pour ça ??? le chirurgien n'en est pas à sa première faute mais hélas …..les médecins et chirurgiens se soutiennent bien entre eux !! et le patient n'a que ses souffrances et son handicap !! vive la justice !!

  •  Bonjour , En 2010, j'ai décidé de faire poser des implants dentaires. Le praticien n'a émis aucune réserve mais j'ai dû subir un comblement osseux par un bio-os avec soulèvement sinusien. La pose de cinq implants a été effectuée en une seule séance en juillet 2011. Ces interventions ont été effectuées à l'école dentaire de Rennes, le praticien m'a confié à un collègue de Vannes pour la pose des prothèses en juin 2012. A partir de ce moment, les douleurs n'ont pas cessé, on a préféré m'administrer des calmants pendant six mois avant de m'écouter et de déposer la prothèse en septembre 2013. Comme les douleurs ne disparaissaient pas, j'ai decidé d'entreprendre de rencontrer les responsables de l'école dentaire de Rennes, qui n'ont pas répondu à ma demande d'expertise préférant chercher des causes ailleurs qui n'ont pas été vérifiées. Les trois implants en cause ont été extraits successivement en 2014. Aujourd'hui, les douleurs sont toujours présentes et se manifestent par des brûlures et des sensations de prise en étau. J'ai consulté un médecin de la douleur pendant six mois sans aucun effet, un neurochirurgien du CHU de Rennes, qui m'a confié au CHU de Nantes, une impasse, le médecin chargé de la stimulation magnétique transcranienne a quitté ses fonctions sans être remplacé, information reçu en janvier 2017. Puisque les démarches de patient sont sans effet, j'ai saisi ma protection juridique de la GMF, l'expertise s'est limitée à un entretien, pas d'analyse du bio-os ni de recherche d'explication de ma douleur mais des conclusions hâtives qui nient des liens de cause à effet entre les actes chirurgicaux et mes douleurs. J'ai besoin de comprendre ma douleur et je fais appel à votre aide. Merci Serge Gicquel

  •   @ANASTASION Michel : pour toute question juridique ou sociale en lien avec votre santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30, tous les après-midi à partir de 14h du lundi au vendredi. Ou vous rendre sur le page http://www.leciss.org/sante-info-droits pour poser votre question en ligne. Bien cordialement,

  • Bonjour, J’ai adressé 1 RAR au Dr FAROUDJAT Jean-Marie pour obtenir mon dossier médical complet
    Conseils de l’ordre des médecins
    180 Bld Haussmann
    75008 PARIS
    à ce jour tjrs pas de réponse !! Que puis-je faire ? 

  •  @SANTIAGO : nous faisons suite à votre témoignage/commentaire publié ce 26 avril sur notre site 66 Millions d’IMPatients.
    Il nous semble relever du champ d’intervention de notre équipe Santé Info Droits, composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres de l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé, éditeur du site 66 Millions d’IMpatients.
    Ainsi, nous vous invitons à contactez directement la ligne téléphonique de Santé Info Droits au 01 53 62 40 30 :
    – Lundi, mercredi et vendredi de 14h à 18h
    – Mardi et jeudi de 14h à 20h.
    Il vous est également possible d’exposer votre situation par courriel via le formulaire de contact dédié :
    http://www.leciss.org/sante-info-droits/formulaire-sante-info-droits
    Nous nous engageons à vous répondre dans un délai maximum de 8 jours.

  •  Suite à un grave empoisonnement du sang ma soeur a subi l'ablation de ses sondes cardiaques probablement infectées, il s'en est suivi une importante hémorragie qui a nécessité une seconde intervention chirurgicale ( ouverture du sternum ) pour évacuer le sang, les 15 longues minutes d'arrêt du coeur n'ont malheureusement pas permis au cerveau d'être irrigué en sang et oxygène. Vous pouvez imaginer les dégâts, car actuellement ma soeur est dans le coma depuis plus d'un mois !!! L'ablation des sondes n'a pas eu lieu dans les locaux appropriés ou recommandés, le protocole n'a pas été respecté, le résultat est désastreux …… Pouvez vous m'aider ????

  •  j'ai été opéré d'une tumeur à la joue droite, opération qui devait être simple mais malheureusement un canal salivaire fut coupé et pincipalement au moment des repas la salive s'évacuait par la cicatrice à l'extérieur. je fus donc opéré une seconde fois pour me placer un drain toujours sous anesthesie générale. drain qui ne fonctionera jamais. nouvelle opération fut donc decidé sous anesthésie locale. car je n"ai pas voulu être endormi totalement pour me placer un drain plat .drain qui ne fontionne toujours pas. une 4e opération est prévue cette fois sous anesthésie générale. j'ai le coeur fragile 3 anesthésies générales en peu de temps qu' en pensez-vous et est-ce qu il y a eu une maladresse du chirurchien ?

  •  Bonjour j’ai eu un accouchement par césarienne il y a 1 an !quelques jours apres des douleurs trés vives et un pubis enflammé on me laisse repartir chez moi!Suite à la visite post césarienne on me donne un traitement pour une abcédation en cours!10j plus tard douleurs ++++ odeurs+++ ventre rouge enflammé mon médecin de ville m’envoie faire une echo retrouvée anormale donc on me fait un scanner anormal!je retourne voir mon chir le meme jour et il me rit au nez en disant que je fais ma doudouille que je n’ai rien!Je vais dans un autre hopital ou on constate une endométrite ,un abcés de la paroi un isthmocele hemorragique on me fait des traitements locaux car ma vergeture éclate avec du sang noir et épais et on constate 5 germes dont staph doré!Hystérectomie programmée car douleur +++ a ce jour j’ai des douleurs neuropathiques mon médecin m’a completement négligée

  •  j'ai été victime d'une erreur médicale suite à une réduction mammaire faite au CH de la Conception à Marseille et recherche des témoignages de personnes ayant été victimes aussi de cet hôpital

  •  bonjour, il y a un an, je me suis cassé la cheville, intervention chirurgicale, et depuis j'ai toujours mal… j'ai revu le chirurgien plusieurs fois pour en parler, et il me dit que les radios sont bonnes… et que c'est à cause de l'arthrose que j'ai toujours ces douleurs…. à votre avis m'est-il possible de demander l'avis d'un autre chirurgien, tout en sachant qu'entre confrères ils n'aiment pas celà ????JE NE SAIS PAS QUOI FAIRE MERCI

  • @Lolo : bonjour, nous nous permettons de faire suivre votre témoignage, appelant une réponse, à l’équipe Santé Info Droits, composée d’avocats et de juristes spécialisés, soumis au secret professionnel et bénéficiant de sessions régulières de formation en lien avec les associations membres du membres du Collectif interassociatif sur la santé (CISS), éditeur du site 66 Millions d’IMpatients. Ils vous répondront par mail dans un délai maximum de 8 jours. Solidairement vôtre,

  •  Bonjour, je me permets de passer par votre site afin de vous exposer le cas dans lequel je me retrouve aujourd'hui. En effet en avril 2016, suite à ma visite chez mon médecin traitant pour des douleurs de dos et une demande d'examen, les résultats d'un scanner du rachis lombaire révèle en L4/L5 une volumineuse hernie discale médiane entre en contact de l'émergence des deux racines L5, ainsi qu'un débord disco-ostéophytique entrant contact de l'émergence des deux racines S1. S'enchaîne dan la foulé, la médecine douce c'est-à-dire des séances de kinésithérapie, gym hypopressive, exercices sur table à lombaire et perte de poids. Le tout y fait courant des mois de mai juin et juillet, je commence à me sentir bien mieux. Je n'ai pas pour autant arrêté les exercices puisque je me suis équipé d'une table à lombaire et continué la gym, et également bien progressé sur ma perte de poids. Vers la fin du mois d'août je commençais à nouveau à ressentir une certaine pression et lourdeur sur mon dos et le soir du 29 août, lors d'un mouvement de bassin à la descente d’un véhicule, j'ai ressenti une vive douleur dans le bas du dos qui en l'espace de 15 à 20 minutes m'a complètement paralysé, je me suis retrouvé à quatre pattes, je ne pouvais quasiment plus bouger sans douleurs extrêmes, entre-temps j'avais réussi à regagner mon domicile afin de pouvoir joindre les urgences. Ces derniers sont venus me chercher, je me suis retrouvé à quatre pattes dans l'ambulance car je ne pouvais plus me positionner autrement, directions les services d'urgence. Il est et environ 20h à mon arrivée d'après mes souvenirs. Après avoir expliqué ma situation au médecin urgentiste à mon arrivée, ce dernier a à priori diagnostiqué une lombosciatique. Après une bonne demi-heure de patience dans une des salles des urgences, j'ai demandé que l'on m'administre quelque chose pour la douleur car elle était vraiment extrême, c'est ce qu'ils ont fait y compris des anti-inflammatoires. – J'étais sonné au point que je me suis endormie après avoir passé des coups de fil pour raconter des conneries et rire -. Le but du médecin urgentiste n'était pas de m'endormir d'après ses dires… Après ce sommeil, un des médecins est venu me rendre visite afin de voir comment j'allais et si j'étais capable de me lever, mais cela n'était pas possible je n'arrivais pas à tenir debout à cause des antidouleurs et la perte significative de la motricité de mes jambes et de mon bassin. Ils m'ont laissé encore une petite heure afin de voir si je pouvais récupérer et tenir debout, c'était bien le cas, à ce moment-là il était environ 1h30 et on m'a précisé que je pouvais partir et qu'il n'y avait aucune ambulance ni véhicule sanitaire pour me ramener à domicile sachant qu'il m'était quasiment impossible de marcher correctement. Je n'avais apparemment pas le choix que de me débrouiller, je leur ai donc demandé de m'équiper d'une paire de béquilles, j'habite à 15 minutes à pied des urgences environ, il m'a remis un arrêt de travail de 8 jours ainsi qu'une ordonnance pour des antidouleurs et des anti-inflammatoires. Dans l'état dans lequel je suis sorti des urgences il m'a fallu environ 2h pour faire ce trajet d'environ un kilomètre. Je me suis dit que l’état dans lequel on « arrive » aux urgences et non le contraire. Après cette petite aventure, soit au lendemain, les ennuis ont commencé. J’ai contacté mon médecin traitant pour qu'ils viennent à la maison car je ne pouvais plus me déplacer afin d'avoir des ordonnances pour des examens complémentaires ainsi qu'un arrêt de travail. J'ai passé deux mois en béquilles et je ne pouvais plus marcher sans celle-ci. Ces deux mois-ci ont d'ailleurs été les plus pénibles car c'était une réelle lutte acharnée contre la pesanteur, une amie est venu s'installer avec moi afin de m'assister, j'ai pris également une personne extérieure afin de s'occuper du ménage ainsi que des courses, je n'étais plus capable de faire ça moi-même. Après les divers examens scanner et IRM ainsi que deux rendez-vous de suivi chez un neurochirurgien spécialisé, il m'a été diagnostiqué toujours en L4 / L5 une protrusion discale médiane responsable d'une réduction sévère du calibre du canal lombaire avec un gros fragment discal migrer exclu vers le bas venant au contact de la racine S1 droite, un œdème inter épineux en L3/L4 et L4/L5, ainsi qu'une zygarthrose bilatérale avec minime épanchement intra-articulaire. Nous sommes aujourd'hui presque fin janvier 2017 et je passe toujours mes journées allongé, la seule position qui me soulage. Les séquelles aujourd'hui sont très diverses : Perte de la sensibilité de quasiment toute la jambe droite, impossibilité de lever le pied de cette jambe vers le haut, les mouvements de hanche sont très limités à cause des douleurs, des sensations de chaud et de froid par moment avec des chocs électriques causant des douleurs qui se diffusent dans la fesse gauche et à l'arrière du mollet de la jambe gauche, ma marche est aujourd'hui limitée à environ 15 minutes sans ressentir de douleur ou sans boiter. La position assise est difficile à tenir plus d’une heure, la seule façon dans laquelle je peux tousser ou éternuer est penché en avant, voire presque accroupi. Il m’est également parfois nécessaire de m'aider manuellement afin de dégazer ou même de déféquer aisément. Au niveau du mouvement du bassin la douleur est telle que je ne peux plus avoir de rapports sexuels correctement, tout mon quotidien est significativement limité. Et je ne liste là uniquement les symptômes les plus conséquents. Le dernier rendez-vous chez le neurochirurgien datant de mi-décembre, je me suis retrouvé un petit peu au pied du mur quand celui-ci m'a dit que l'on peut réaliser une intervention chirurgicale ou bien on peut rester en mode « réduit » toute sa vie… il me précise que certains en décident ainsi par rapport à leur âge ou par crainte de l'opération. Je fais actuellement des séances de balnéothérapie et de piscine afin de temporiser, et sans amélioration sensible de mon périmètre d'activité il va falloir envisager cette intervention, que bien évidement je crains. J'ai en effet décidé de soumettre mon cas car je pense sincèrement que si j'avais été pris en charge médicalement par les urgences, que des examens complémentaires avaient été réalisés je ne serai peut-être pas dans le cas dans lequel je suis aujourd'hui. J'aurais très certainement repris mon activité professionnelle de designer dans un service d'ingénierie, et j'aurais très certainement pu reprendre toutes mes activités du quotidien. Ma première étape était celle de faire la demande de mon dossier médical complet de mon admission aux urgences de cette soirée de fin août 2016, je vous serais donc très reconnaissant de m’informer si mon cas peut relever d’éventuelles suites. Je vous remercie beaucoup de m’avoir lu, Très cordialement.

  •  Bonjour, c'est incroyable depuis 4 ans, j'entends et je lis la même chose, les associations vous écoutent et même vous reçoivent juste pour adhérer, après plus rien au téléphone pas de réponse concrète au moins pour vous diriger, j'ai cherché pendant 4 mois un organisme qui m'aide à constituer mon dossier oniam, je me suis débrouillée toute seule en étant handicapée suite à une infection nosocomiale 3 années d'arrêt de maladie puis licenciement pour inaptitude. Bref je suis très déçue de tout ce blabla mensonger. Lle crci, cci, oniam ? il y a quelque chose qui va pas c'est l'argent public qui part en fumée et les accidentées souffrent et leurs vie bascule

  • L’accident médical n’est pas toujours constitué. Vous pouvez errer des mois et des mois de spécialistes en spécialistes, et si en suivant tous les conseils médicaux vous avez consulté un psychiatre,  il n’y aura pas beaucoup de spécialistes pour rechercher une « autre voie » . De même si vous avez vu de « nombreux médecins » (maladie rare).
    Dans ce cas vous êtes victime, pas soigné pendant longtemps, et tant que vous n’êtes pas mort (le handicap ne sera pas reconnu si le « monde médical » ne reconnaît rien) , quelle est la voie (voix) du patient pour faire reconnaître par des experts (médicaux donc) son véritable préjudice ?

  • @zablot : pour toute question juridique ou sociale en lien avec votre santé, vous pouvez contacter notre ligne Santé Info Droits au 01 53 62 40 30, tous les après-midi à partir de 14h du lundi au vendredi. Ou vous rendre sur le page http://www.leciss.org/sante-info-droits pour poser votre question en ligne.

  • J'ai subi une intervention chirurgical d'un prolapsus par voie base avec plaque et filet en mai 2013 par un gynécologue cette opération a mal tourné pendant j'ai eu pendant 19 mois des gros problèmes toute les analyses d'urines était mauvaise je faisais sur mois je ne pouvais plus m'assoir aucun urologue voulaient m'entreprendre et il se trouve que en décembre 2014 un urologue de la clinique ou je me suis fait opéré à bien voulu m'entreprendre cette urologue m'a dit c'est une honte vous avez la plaque qui a incéré la vessie sur ce il m'a entrepris mais je dois dire que si cette urologue ne m'avait pas entrepris je n'avais personne d'autre il m'a très bien opéré sauf que je demande un dommage intérêt de cette opération qui m'a fait souffrir pendant 19 mois et je me suis adressé au CCRI de Nancy qui eux ont donné raison au gynécologue malgré tous les courriers que j'avais de mon urologue indiquant tout se qu'il avait trouvé lors de l'intervention en décembre 2014. Que dois-je faire, à qui m'adresser pour une indemnisation en temps que préjudice de la douleur et tout se que ça m'a couté au sein de mon entourage je n'ai pas les moyens de payer un avocat je ne touche que 823 euros de retraite. voilà, je vous remercie de bien vouloir me donner la bonne voie à suivre pour cette opération de mai 2013 qui à été un échec.

  • @Claudine Bertou : vous pouvez appeler Santé Info Droits, la ligne du Collectif Interassociatif Sur la Santé, pour toute question juridique ou sociale en lien avec la santé. Joignable du lundi au vendredi à partir de 14h au 01 53 62 40 30. Bien cdt.

  • Bjr, Je vous contacte pour ma mère. Elle n'a jamais revu son généraliste après son HAD. On ne l'a jamais revu pour faire simple, ma mère a été mal suivie pour sa retraction tendineuse il y a 5 ans. Cdt 

  • @Anastasion Michel : nous avons fait suivre votre demande à notre équipe de juristes Santé Info Droits, la ligne du Collectif Interassociatif Sur la Santé pour toute question juridique ou sociale en lien avec la santé, qui vous apportera une réponse sous 8 jours. Vous pouvez aussi appeler Santé Info Droits, si vous souhaitez une réponse plus rapide : joignable du lundi au vendredi à partir de 14h au 01 53 62 40 30.

  • Pour couvrir erreur de son ami kiné sur ma personne, mon généraliste m'a soigné pour de l'arthrose que je n'avais pas pendant + deux ans, à cause de l'erreur du Kiné qui n'avait pas été soignée, j'ai perdu le contrôle de ma voiture et percuté le pilone électrique, j'ai passé le scanner qui a détecté l'erreur du kiné, ne sachant + quoi faire mon généraliste m'a fait poser une prothése totale de genou pour une simple douleur et maintenant j'ai l'autre genou qui s'abime également, que puis-je faire, mon généraliste m'a volontairement handicapé à vie !!!!!!!

  •  @Bagard
    L’association à laquelle vous faites allusion ne nous dit rien spécifiquement, mais vous pouvez :
    1/ contacter l’AVIAM (www.aviamfrance.org) ou le LIEN (www.lelien-association.fr), deux associations membres du Collectif Interassociatif Sur la Santé et qui informent les personnes ayant été victimes d’accidents médicaux.
    2/ Contacter la ligne d’information juridique et sociale du Collectif Interassociatif Sur la Santé, Santé Info Droits (www.leciss.org/sante-info-droits).

  • bonjour je sais pas si je suis au bon endroit, si on va pouvoir me renseigner. voilà j 'ai subi 2 chirurgies réparatrices suite à une perte de poids le chirurgien a fait de mon corps une boucherie. Celui ci n'a plus le droit d'exercer pour une faute médicale. J'ai appris récemment qu'une association s'etait monté contre lui et je sais pas du tout comment faire pour la trouver. Auriez-vous une idée à qui je dois m'adresser. Merci de votre réponse. cordialement

  • Suite à une intervention de type longo, mon fils s'est retrouvé complètement bouché à la limite de l'occlusion. D'après le chirurgien qui l'a opéré tout allait bien malgré qu'il a dû le consulter une première fois avant la date prévue.

  • @Jerôme TURPIN : vous pouvez contacter la ligne Santé Info Droits du Collectif Interassociatif Sur la Santé (éditeur de 66 Millions d’IMpatients) au 01 53 62 40 30 (joignable chaque après-midi du lundi au vendredi, à partir de 14h, appel non surtaxé au coût d’une communication normale) ou via le formulaire disponible en ligne http://www.leciss.org/sante-info-droits

  • Après une erreur de diagnostic, on m'a enlevé un bout du pancréas ; aujourd'hui je me retrouve avec le diabète, que puis-je faire pour avoir réparation ?

  • bonjour, suite a une fibroscopie ou une bactérie dans l'estomac (l'helicobacter pylori ) a été découverte, le médecin de l' hôpital m'a prescrit un traitement antibiotique à base de d' AMOXICILLINE (famille de la pénicilline) alors que je l'avais prévenu de mon allergie à la pénicilline à l'entretien avant l'opération ! résultat choc anaphylactique aux urgences de l'hôpital et deux jours au service réanimation en surveillance. Depuis aucunes nouvelles du médecin…

  • bonjour mon amie a "t" operée du canal carpien et du coude bras gauche sous anesthesie locale le 24 février. Une semaine plus tard elle avait beaucoup de mal à respirer et mal dans le dos, on la conduit aux urgencex et on lui a fait une radio des poumons. Résultat, le poumon a été percé par l'anesthésiste, elle a fait un pneumothorax, le poumon est complètement decolé sur sa totalité, elle se trouve en ce moment en soins intensifs à l'hôpital de Carhaix Plouguer. Pouvez-vous me dire si c'est une erreur médicale. merci

  •  @ Ben Smail : le médiateur de la République n’existe plus, mais vous pouvez vous rapprocher du Défenseur des Droits : http://www.defenseurdesdroits.fr. Autrement, vous pouvez contacter les écoutants juristes spécialisés de notre ligne Santé Info Droits. Ils peuvent vous apporter gratuitement des informations juridiques individualisées en lien avec votre problématique de santé. En leur écrivant à santeinfodroits@leciss.org, ils vous répondront dans un délai de 8 jours. Si votre question nécessite une réponse plus urgente, n’hésitez pas à prendre contact directement avec eux par téléphone au 01 53 62 40 30 les lundi, mercredi et vendredi de 14 à 18h et les mardi et jeudi de 14h à 20h.

  •  Merci de me donner les coordonnées d un médiateur de la republique pour les accidentés médicaux
    pour exposer mon problème quand à la lenteur du traitement de mon dossier auprès du cri.
    Très cordialement
    Mme ben smail

  • @Jose Carlos Goulao Dos Santos : vous pouvez appelez Santé Info Droits, la ligne du Collectif Interassociatif Sur la Santé pour toute question juridique ou sociale en lien avec la santé. Joignable du lundi au vendredi à partir de 14h au 01 53 62 40 30.
     

  • jose carlos goulao dos santos

    le 28/01/2016, à 11:56

    Bonjour. Après le rapport du chirurgien que m'a opéré en 2015 pour le bras droit de la deuxième fois; que le chirurgien qui me opéré en 2012 a fait une grave erreur n'a pas vu le nerf coupé cinq moi aprés l accident du travaille se possible de faire la réparation; deux ans aprés nom; me fé une dissection;isolement;ligature et enfouissement en profondeur du nerf (à l intérieur du corps musculaire du court supinateur) en 2012 la cpam m'a donné 8,00% d'incapacité permanente; peut me dire se le chirurgien peut étré responsabilité ? merci

  •  Bonjour,
    j’ai publié un livre sur Amazon : Les Rayons de l’Infortune qui est un témoignage, cancer du poumon chez un non-fumeur traité par chimio et
    radiothérapie… avec erreur de latéralité. Merci de le lire. Cordialement

1 -