Transport de médicaments en avion : ce qu’il faut savoir

Le point sur les règles s’appliquant aux voyageurs aériens en matière de transport de médicaments.

En France, comme dans les autres États membres de l’Union européenne, le transport de médicaments en avion est strictement encadré. Sont concernés : tous les vols en partance de l’UE, quelle que soit leur destination ou la nationalité de la compagnie aérienne.

Si les comprimés, les gélules et autres médicaments « solides » peuvent être indifféremment transportés en soute ou en cabine, ce n’est pas le cas des médicaments se présentant sous la forme de liquides que le passager ne pourra embarquer dans ses bagages à main que s’il est en mesure de présenter une prescription médicale au portique.

Ratés au décollage

L’ordonnance doit détailler tous les éléments du traitement emportés pendant le voyage. Muni de ce document, le passager est normalement autorisé à transporter avec lui les quantités nécessaires à la durée totale du séjour (vol aller, temps de séjour et vol retour). Voilà pour la théorie. En pratique, ce n’est pas toujours aussi simple.

Exemple avec les personnes atteintes de diabète. Peu de temps après la mise en place des mesures de restriction sur le transport en cabine de produits liquides en 2006, l’Association française des diabétiques (AFD) déplorait nombre de plaintes de patients, mécontents de s’être vus refuser l’accès à bord de leurs seringues d’insuline par des agents de sécurité trop zélés et mal informés des règles en vigueur.

Un constat problématique, car « les transporteurs aériens ne peuvent absolument pas garantir qu’eux-mêmes ou l’aéroport ne vont pas égarer les bagages et ainsi priver le passager diabétique des moyens de son traitement », estimait alors l’AFD. Agacée, l’association de patients a saisi en 2008 la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

A télécharger avant d’embarquer

De cette action est né un guide, cosigné par l’AFD et la DGAC, rappelant les règles d’usage en matière de transport de médicaments. Depuis « le nombre de plaintes a nettement diminué », indique-t-on à l’AFD. Ce guide, spécifiquement adressé aux diabétiques, de même qu’un document plus général édité par le Ministère de la Transition écologique et solidaire sur le même thème, peuvent être produits par le voyageur, en cas de problème lors de l’embarquement.

Précision : si votre voyage comprend une correspondance dans un pays en dehors de l’Union européenne, « vous devez vous informer au préalable, auprès de la compagnie aérienne, des restrictions éventuelles qui vous seront imposées », prévient la DGAC.

vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 -

autres actualités récentes